•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne électorale fédérale : les Albertains se sentent exclus

Six experts assis en demi-cercle devant le public.

La table ronde a eu lieu dans un amphithéâtre du musée Glenbow de Calgary.

Photo : Radio-Canada

Fuat Seker

Les Albertains sont fâchés et se sentent exclus de la campagne électorale fédérale qui se termine lundi. Telle était la conclusion générale d'une table ronde sur les élections fédérales organisée par CBC/Radio-Canada, qui s'est tenue jeudi soir au musée Glenbow de Calgary.

Plus de 100 personnes sont venues assister au débat qui avait pour thème : Qu'attendent les Albertains du prochain gouvernement fédéral?

Séparatisme, loi concernant la réglementation des bâtiments transportant du pétrole brut ou des hydrocarbures, loi sur les évaluations environnementales, manque de reconnaissance, prix du pétrole et favoritisme envers le Québec sont les principaux points qui ont été abordés par les six spécialistes participant à la table ronde. Ceux-ci arrivent à un seul constat : les Albertains sont en colère.

Les rares visites des chefs des partis fédéraux en Alberta durant la campagne ont contribué à ce que les Albertains se sentent déconnectés de la discussion nationale, affirme Najib Jutt, stratège politique invité à la table ronde.

Si on fait partie d’une famille, on souhaite qu'elle nous reconnaisse. Or, ce n'est pas ce que nous obtenons, explique Peter Tertzakian, directeur général de l’Institut de recherche Arc Energy.

Si le changement climatique est une question dominante dans la campagne nationale, cela n’est pas forcément la priorité de beaucoup d’Albertains, selon M. Tertzakian.

Des divisions se sont créées dans le pays au cours de la campagne électorale.

Peter Tertzakian, directeur général, Institut de recherche Arc Energy

Le sentiment d’unité nationale est un sentiment qui se perd, et c'est un problème auquel les dirigeants politiques doivent faire face, quel que soit le candidat au pouvoir, explique-t-il.

Un photomontage des visages des six experts.

Dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant du haut à gauche : l'auteur et historienne Aritha van Herk, l'économiste Peter Tertzakian, le stratège politique Najib Jutt, la chroniqueuse politique Jen Gerson, le spécialiste des données John Santos et le journaliste Max Fawcett.

Photo : Radio-Canada

Les experts :

  • Peter Tertzakian, économiste et directeur général l’Institut de recherche Arc Energy
  • John Santos, scientifique de Calgary spécialisé dans les sondages
  • Max Fawcett, ancien rédacteur en chef du magazine Alberta Oil
  • Jen Gerson, chroniqueuse et commentatrice politique nationale de Calgary
  • Aritha van Herk, auteure et historienne primée de l'Université de Calgary
  • Najib Jutt, stratège politique de Statecraft Partners à Edmonton

L'animateur :

  • Jim Brown, journaliste et animateur à CBC, ancien animateur des émissions radio Calgary Eyeopener et The 180

Le public

De nombreux Albertains se sentent attaqués pour ce qu'ils sont et pour leur terre riche en pétrole et, pourtant, ils apportent la prospérité au Canada, explique Karim Kadri, un des spectateurs.

On se sent incompris.

Karim Kadri, spectateur

Une éventuelle coalition sera perçue comme une injustice supplémentaire, confie Averill McPherson-Purpura, une autre spectatrice.

Les spécialistes ont cependant prévenu les participants que le prochain gouvernement ne pourra pas régler tous les problèmes de l'Alberta.

Selon les estimations d’Élections Canada, 4,7 millions de Canadiens ont voté par anticipation, soit une augmentation de près de 30 % par rapport aux élections fédérales de 2015.

Alberta

Élections fédérales