•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’École 036 dans le Plateau ne serait pas prête avant 2021

Un terrain vague avec des maisons au loin

Le terrain où doit être construite l'école 036 à Gatineau, à l’est du boulevard du Plateau et au sud du boulevard d’Amsterdam.

Photo : Radio-Canada

La future école primaire 036 dans le district du Plateau, à Gatineau, n’ouvrira vraisemblablement pas ses portes à temps pour la rentrée de 2020. Le gouvernement du Québec est appelé à augmenter de 30 % le financement pour que le projet se réalise.

Le 9 octobre dernier, les commissaires de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) ont appris lors d’une rencontre à huis clos que les délais de construction ne seraient finalement pas de 12 mois, mais bien de 17 mois. Selon le Système électronique d’appel d’offres (SEAO) du gouvernement du Québec, l’entreprise retenue pour les travaux de construction devra avoir terminé l’école le 1er mars 2021. Tout cela, en considérant que les travaux commencent en date du 17 octobre 2019.

Or, les travaux de construction de l’école, qui doit accueillir plus de 700 élèves, n’ont toujours pas commencé. Qui plus est, la commission scolaire doit encore choisir l’entreprise qui effectuera les travaux et elle attend toujours que le financement final pour l’école soit autorisé par le gouvernement provincial.

Le président de la CSPO, Mario Crevier, a confié à Radio-Canada que le gouvernement doit encore décider s’il acceptera ou non d’accorder une hausse de 30 % du financement pour que le projet aille de l’avant. Le ministère de l’Éducation avait octroyé un peu plus de 15 millions de dollars à la CSPO en 2016 pour la construction de l’immeuble.

Selon nos sources, des experts ont indiqué à la CSPO qu’une ouverture en septembre 2020 était improbable. Présentement, il n’existe aucun échéancier fixe dans ce dossier.

L’école ne pourrait pas ouvrir pour septembre 2020, ce n’est pas réaliste. On ne peut pas amputer de 50 % le chantier qui est au contrat!, affirme le commissaire scolaire Alain Gauthier, visiblement découragé par la tournure des événements.

Jeudi, M. Crevier a admis que si les travaux ne commencent pas dans les prochaines semaines, il sera trop tard pour une ouverture à la rentrée 2020. Mais, « si les astres sont alignés », une ouverture partielle de l’école est envisageable, selon lui.

L’école de la Forêt a été livrée le mois de mars suivant, parce que le gymnase n’était pas fini. Mais les élèves étaient dans l’école au mois de septembre quand même. La livraison finale peut être retardée, a-t-il dit.

On n’a pas eu de pelletée de terre encore. Je comprends que c’est très très problématique. On ne fait pas cela de gaieté de cœur. C’est toujours la question de savoir si les gens sont disponibles pour le faire et si l’argent est là.

- Mario Crevier, président de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais

Rappelons que, depuis l’annonce d’il y a trois ans, les retards se sont multipliés dans ce dossier. L’ouverture de l’école située à l’est du boulevard du Plateau et au sud du boulevard d’Amsterdam était initialement prévue pour la rentrée de 2018.

En août, les commissaires scolaires avaient accepté une recommandation de la direction générale de la commission scolaire de repousser à 2021 l’ouverture de l’École 036. Or, quelques jours plus tard, les commissaires sont revenus sur leur décision et ont exigé que l’école soit ouverte à la rentrée de 2020.

Les parents ne sont toujours pas avisés

Des sources ont confié à Radio-Canada que, durant la rencontre à huis clos, les membres du conseil des commissaires ont demandé à ce que cette information soit partagée aux parents et à la population dans les plus brefs délais.

Toutefois, rien n’a été fait en ce sens. Radio-Canada a obtenu un courriel envoyé par la vice-présidente du comité exécutif et commissaire du Plateau, Nathalie Villeneuve, à ses collègues commissaires pour leur indiquer qu’après discussion avec le président et le deuxième vice-président, il serait plus sage d’attendre l’avis du constructeur qui obtiendra le contrat avant d’informer les parents.

On ignore si une telle rencontre aura lieu et si le financement de Québec sera accordé. La CSPO doit toutefois rencontrer les parents du Plateau le 24 octobre dans le cadre d’une séance d’information publique sur la création d’un bassin pour la nouvelle école.

Mais la démarche de Mme Villeneuve semble avoir dérangé plusieurs commissaires, à commencer par Alain Gauthier.

Ça, ça veut dire que ces gens-là demandent à ce que le fait que l’école n’ouvre pas à temps soit caché de la soirée d’information publique jeudi prochain. Je m’excuse, mais je dénonce! C’est de l’abus de pouvoir, carrément, et c’est de cacher de l’information excessivement pertinente que les gens méritent de savoir, affirme M. Gauthier.

À cela, Mme Villeneuve rétorque qu’elle a toujours été transparente avec les parents du Plateau et qu’il est « regrettable » que des collègues aient révélé des informations discutées dans un huis clos. Selon elle, il faut d’abord que l’entreprise retenue donne son avis sur une date d’ouverture avant que la population soit mise au courant.

Vous comprendrez que si je sors un communiqué de presse disant ‘’non ça ne se fera pas’’, mais que la personne qui a le contrat me dit ‘’écoutez, on peut livrer, mais elle ne sera pas complètement terminée...’’ Ça s’est déjà vu, s’est défendue Mme Villeneuve.

Pour Jonathan Brulotte, un parent d’élèves de l’École des Deux-Ruisseaux, le fait que les parents n’ont toujours pas été avisés « n’est pas surprenant de la CSPO ».

La CSPO, dans les dernières années, a clairement démontré son incompétence dans la gestion des infrastructures, en gestion des écoles, des bassins de population [...] On se fait toujours dire ‘’on travaille fort, on fait ce qu’on peut’’, mais les résultats ne sont pas au rendez-vous, explique celui qui était impliqué jusqu’à tout récemment au sein du conseil d’établissement de son école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !