•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Toronto blâme la bibliothèque d'accueillir une féministe accusée de transphobie

Le maire John Tory devant un micro.

Le maire Tory critique la Bibliothèque municipale de Toronto pour son refus d'annuler un événement mettant en vedette une intervenante accusée de transphobie.

Photo :  CBC/Reuters

Radio-Canada

Le maire John Tory se dit « déçu » par le refus de la Bibliothèque municipale de Toronto d'annuler un événement mettant en vedette une intervenante qui a tenu des propos controversés sur les femmes transgenres.

Je ne suis pas d'accord avec la décision, a déclaré M.Tory dans un communiqué de presse jeudi. Je suis déçu de la décision de la Bibliothèque municipale de Toronto de laisser cette discussion se dérouler sur sa propriété.

L’événement présente Meghan Murphy, une rédactrice indépendante à la tête d’un site web appelé Feminist Current (Courant féministe). Meghan Murphy a écrit que permettre aux hommes de s'identifier en tant que femmes menace les femmes et leurs droits.

Le bureau du maire a contacté la bibliothèque pour demander de reconsidérer la tenue de l’événement, sans succès.

La députée néo-démocrate de Toronto-St. Paul, Jill Andrew, a également déclaré qu'elle a été consternée d’apprendre le refus de la bibliothèque d'annuler l'événement.

Une personne qui épouse publiquement le discours de haine ne devrait pas disposer d'une plate-forme pour diffuser ses opinions dans une institution financée par des fonds publics, telle que la Bibliothèque municipale de Toronto, a-t-elle déclaré.

Le droit à la liberté d'expression

Dans une déclaration écrite à CBC Toronto, Meghan Murphy a déclaré que les femmes et les filles du monde entier s'inquiétaient de l'impact de la législation sur le genre et méritaient d'être entendues.

Il est inadmissible que le maire de Toronto tente de faire pression sur la Bibliothèque publique de Toronto pour qu’elle annule cet événement, a-t-elle communiqué.

Ce que je dis n'est pas controversé, et certainement pas haineux ... Nous méritons une place pour tenir cette conversation et nos préoccupations méritent le respect.

Meghan Murphy, rédactrice indépendante, Feminist Current

Malgré la controverse, la bibliothèque a maintenu sa décision d’accueillir Meghan Murphy, invoquant ses préoccupations quant au risque de limiter la liberté d’expression.

Nous suggérons également que s'engager dans un discours civil respectueux avec des personnes d'opinions opposées est une stratégie plus productive que de s'abstenir de tout événement dans les bibliothèques publiques, a déclaré la bibliothécaire en chef de Toronto, Vickery Bowles, dans un communiqué mardi.

Les bibliothèques se sont toujours engagées à soutenir les communautés vulnérables en accueillant et en créant un espace pour des perspectives différentes plutôt qu'en recourant à la censure, a-t-elle ajouté.

Une pétition en ligne

Par ailleurs, une pétition en ligne contre l'événement a rassemblé plus de 2400 signatures.

Ses organisatrices, les auteures Alicia Elliot, Catherine Hernandez et Carrianne Leung, affirment qu'ils ne participeront plus aux événements à la Bibliothèque publique de Toronto à la lumière de cette décision.

Nous sommes choqués par le fait que nos institutions publiques pour lesquelles nous avons du respect permettraient à Murphy d'avoir une plate-forme tout en prétendant défendre les valeurs de la communauté. Mieux encore, nous nous sentons trahis, lit-on dans la pétition.

Toronto

Communauté LGBTQ+