•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jury veut réécouter quatre témoignages au procès d'Ugo Fredette

Ugo Fredette, cheveux courts et lunettes, est assis dans le box des accusés.

Croquis d'Ugo Fredette lors de son procès, en septembre 2019

Photo : Radio-Canada

Geneviève Garon

Au premier jour de ses délibérations, le jury a demandé à réécouter quatre témoignages majeurs entendus lors du procès d’Ugo Fredette, accusé d’avoir tué sa conjointe et un automobiliste, au palais de justice de Saint-Jérôme. Les délibérations vont se poursuivre vendredi.

Les neuf hommes et trois femmes ont obtenu les enregistrements du témoignage de l’accusé, du thérapeute du couple, de l’ancienne voisine et d’un enfant de neuf ans qui a en partie été témoin du drame. Les jurés ont aussi signalé qu’ils voulaient réécouter l’enregistrement d’une conversation téléphonique entre Ugo Fredette et ses parents, une semaine après son arrestation en septembre 2017.

Ces enregistrements représentent près de vingt heures de contenu. Dans ses directives, la juge Myriam Lachance avait indiqué aux jurés que s’ils écoutent un extrait du témoignage en chef, ils doivent aussi prendre connaissance de ce qui a été abordé sur le même sujet en contre-interrogatoire.

Ugo Fredette, 44 ans, a entre autres présenté une défense de provocation. Il a affirmé avoir vécu une relation conflictuelle avec Véronique Barbe et qu’elle l’a attaqué avec un couteau, le 14 septembre 2017. Il a alors perdu le pouvoir de se maîtriser, selon sa version, et ne se souvient pas de l’avoir poignardée à 17 reprises.

En panique, hanté par l’image de son amoureuse ensanglantée, il a soutenu s’être rendu à une halte routière de Lachute avec un enfant qui avait assisté au drame (pas celui qui a témoigné) et s’être battu avec un automobiliste de 71 ans, Yvon Lacasse, pour protéger le garçon de six ans. Ugo Fredette soutenait avoir cru à tort que l’automobiliste voulait kidnapper l’enfant.

La poursuite a plutôt tenté de convaincre le jury qu’Ugo Fredette n’acceptait pas la rupture avec sa conjointe et qu’il l’avait harcelée pendant des jours avant de la tuer en la séquestrant dans leur résidence de Saint-Eustache.

Selon le ministère public, il s’était ensuite rendu à la halte routière dans l’intention de voler un véhicule pour faciliter sa fuite. Le meurtre d’Yvon Lacasse était prémédité, affirme la poursuite, qui a plaidé pour deux condamnations de meurtres au premier degré.

La défense d’Ugo Fredette soutient qu’il s’agit plutôt d’homicides involontaires.

Procès et poursuites

Justice et faits divers