•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aux parents qui ont déjà (secrètement) souhaité qu’il pleuve

Une petite fille de deux ans est vêtue d'un imperméable jaune et tient dans ses mains des feuilles d'érable colorées.

« Les petits mousses, la pluie et le beau temps, ça les dérange plus ou moins », croit la maman d'Estelle, deux ans.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Christelle D'Amours

Pour Estelle, deux ans, qu’il neige ou que le temps soit caniculaire n’a aucune importance : elle aime jouer dehors. C’est parfois sa maman Marie-Pier qui doit se convaincre un peu! C’est pourquoi elle a lancé une division outaouaise de Ti-Mousse dans brousse, un groupe de motivation et d’inspiration plein air pour les familles.

Vous est-il déjà arrivé de regarder le soleil radieux par la fenêtre en vous disant (à voix basse, bien sûr!) : Ce serait beaucoup plus simple s’il se mettait à tonner, question d’éviter d’avoir à préparer huit sacs pour passer deux heures à la plage? Ou ne pas du tout savoir comment habiller vos enfants, trop impatients d’aller patiner sur le ruisseau gelé même s’il fait -40 °C.

Pour les enfants, jouer dans l’eau ou devoir s’habiller, ce n’est pas grave. Une fois qu’ils ont le bon équipement, c’est facile pour eux de jouer!

Marie-Pier Maheu-Bourassa, cofondatrice de la division Ti-Mousse dans brousse en Outaouais.
Une fillette marche en forêt avec un bâton de marche et tient sa mère par la main. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour la petite Estelle, pas question de se promener en forêt sans son bâton de marche!

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Si la motivation manque parfois, il arrive aussi que les parents ne sachent pas du tout comment préparer une sortie extérieure, qui, avouons-le, peut être assez énergivore. Alors, par où commencer? Lorsqu'elle est devenue maman, Marie-Pier Maheu-Bourassa s'est elle-même posé la question.

Il y a deux ans, l'amatrice de plein air expérimentée a compris que ses sorties ne seraient plus jamais les mêmes lorsque sa fille Estelle est née. Depuis, le petit Théodore âgé de huit semaines s'est aussi pointé le bout du nez. Maintenant que j’ai une famille, je suis passionnée de plein air et je voulais essayer de conjuguer les deux, explique l’enseignante d’éducation physique.

Une maman tient sa fille sur sa hanche et son fils dans un porte-bébé devant des feuilles colorées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Pierre Maheu-Bourassa en compagnie de sa fille Estelle et de son fils Théodore.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Elle s’est donc mise à chercher de l’information et est tombée sur le blogue de Joanie St-Pierre, guide de plein air et fondatrice du groupe Ti-Mousse dans brousse.

Je suivais avec passion les petites capsules [vidéo] : comment sortir, comment s’habiller, quelle crème solaire utiliser, comment faire du camping, raconte celle qui a rapidement eu envie d’offrir le même genre de services dans son Outaouais natal.

Avec l’aide de sa collègue Marilyse Cournoyer et de la fondatrice du groupe, une division de Ti-Mousse dans brousse a fait son chemin pour s’établir dans la région de la capitale nationale [NDLR l’organisation est active dans six régions du Québec].

Le but c’est de s’émerveiller dans la nature, découvrir et faire des microaventures pour tous.

Marie-Pier Maheu-Bourassa, cofondatrice de la division Ti-Mousse dans brousse en Outaouais.
Des enfants tiennent des champignons dans leurs mains. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les activités de Ti-Mousse dans brousse visent particulièrement les enfants de 0 à 8 ans.

Photo : Avec la gracieuseté de Ti-Mousse dans brousse / Crédit : Natasha Liard

Ti-Mousse à la rescousse

Semblable à une boîte à outils, Ti-Mousse dans brousse propos des articles, des capsules vidéo et organise des événements.

Les familles peuvent participer aux activités structurées, moyennant des frais d’inscription. Ceux-ci servent à effectuer des réservations ou payer les honoraires des guides professionnels qui accompagnent les groupes en excursion.

Des enfants regardent un homme qui tient un champignon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première activité de Ti-Mousse dans brousse en Outaouais était une cueillette, suivie de l'identification de champignons en compagnie d'un mycologue.

Photo : Avec la gracieuseté de Ti-Mousse dans Brousse / Crédit : Natasha Liard

Beau temps, mauvais temps, le groupe d’aventure familiale se déplace dans plusieurs coins de la région de Gatineau-Ottawa, question de faire découvrir le territoire.

On change d’endroit à chaque activité, précise la mère de famille. Ce sont souvent des activités que les gens n’auraient pas faites si Ti-Mousse n’avait pas été là pour les proposer.

Les événements sont structurés de façon à pouvoir intégrer tous ceux, habitués de plein air ou pas, qui s’intéressent à la nature. Si ce ne sont pas des initiés, c’est encore mieux! On veut que plus de personnes aillent dans le bois, en plein air pour profiter de la nature, renchérit-elle.

Ça vise l’autonomie des enfants, le respect de la nature, la découverte.

Marie-Pier Maheu-Bourassa, cofondatrice de la division Ti-Mousse dans brousse en Outaouais.

« Ça se développe et ça bourdonne »

En Outaouais, la première tentative — une chasse aux champignons — a affiché complet. Forte de son succès, l’organisation à but non lucratif prépare maintenant ses prochaines activités.

Un groupe composé d'adultes et d'enfants s'apprête à partir en randonnée en famille.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« On avait tellement de personnes qu’on a fait deux groupes. [...] On a été victimes de notre succès : il a fallu refuser des familles et des inscriptions », raconte Marie-Pier Maheu-Bourassa.

Photo : Avec la gracieuseté de Ti-mousse dans brousse / Crédit : Natasha Liard

Ce samedi, une journée d’observation d’oiseaux migrateurs a lieu à Plaisance en compagnie d’un ornithologue pour faire découvrir aux enfants pourquoi les oiseaux voyagent à ce temps-ci de l’année et profiter du beau temps, de l’automne en même temps, détaille Marie-Pierre Maheu-Bourassa.

Dans les prochains mois, les familles seront invitées à faire du camping, apprendre des techniques de survie en forêt, faire une expédition en raquette et même une randonnée à la noirceur avec des lampes frontales.

Ottawa-Gatineau

Famille