•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'urgence officiellement ajoutée au projet de modernisation de l'Hôpital de Rimouski

Marie-Eve Proulx

La ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Radio-Canada

C'est confirmé, l'urgence sera incluse dans les travaux d'agrandissement et de modernisation de l'Hôpital régional de Rimouski. Ces travaux sont estimés à près de 100 millions de dollars, par le Centre intégré de Santé et de Services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent.

Les travaux touchent également le bloc opératoire, la chirurgie d'un jour, l'unité de stérilisation, les soins intensifs et la psychiatrie.

La ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx, était de passage à Rimouski jeudi pour confirmer la bonification du projet d'agrandissement et de modernisation de l'hôpital.

Elle assure que les rénovations, qui sont sur la table à dessin depuis 2013, se concrétiseront au cours des prochaines années.

On sait qu'il y a des procédures à respecter quand même, on change des structures, on rajoute des structures. On doit faire des plans, autant architecte, autant en génie, donc c'est ce qu'on fait au cours de la prochaine année pour ensuite entreprendre les travaux, avance la ministre.

L'intérêt, c'est qu'on puisse commencer les travaux.

Marie-Eve Proulx, ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent

L'urgence, qui a été construite en 1994, ne répond plus aux standards contemporains, selon la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo.

Tout est dysfonctionnel. D'abord, c'est beaucoup beaucoup trop petit pour le volume d'activités.

Isabelle Malo, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent

Mme Malo ajoute que les aires de civières sont beaucoup trop étroites, les salles de choc ne répondent plus du tout au standard, donc ça rend le travail non fonctionnel, non sécuritaire.Tout le secteur de la prévention des infections n'est pas aux normes. Le secteur également pour accueillir des personnes qui souffrent de problématiques de santé mentale, de troubles de comportement n'est pas adéquat, on n'a pas les salles d'isolement sécuritaires et fonctionnelles pour ça.

Des lits inoccupés dans un corridor de l'urgence de l'hôpital de Rimouski.

Un corridor de l'urgence de l'hôpital de Rimouski (archives)

Photo : Radio-Canada

Isabelle Malo estime que les travaux pourraient commencer en 2022 ou 2023 et s'échelonner sur trois ou quatre ans.

Selon elle, les rénovations de l'urgence pourraient coûter entre 15 et 20 millions de dollars.

Selon le CISSS du Bas-Saint-Laurent, la salle d'urgence de l'Hôpital de Rimouski est la plus vaste à l'est de Lévis et reçoit entre 35 000 et 40 000 visites par année.

Implantation d'une salle d'hémodynamie

Selon la ministre Proulx, le dossier de l'implantation d'une salle d'hémodynamie à l'Hôpital régional de Rimouski est toujours en cours d'analyse.

L'hémodynamie permet de dilater les artères du cœur en cas de problème cardiaque, dont les infarctus.

Actuellement, les patients du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie doivent être transférés à Québec pour recevoir ce type de traitement.

Le centre d'hémodynamie situé à Trois-Rivières

Un centre d'hémodynamie a été installé à Trois-Rivières et permet aux patients d'être traités en région et d'éviter les déplacements à Montréal ou Québec.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a, entre autres, fait une demande d'analyse à l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux, l'INESS

C'est un dossier qui est actuellement dans le ministère, qui suit son cours. Il y a eu des demandes d'analyses à l'INESS, [...] donc on attend les résultats pour pouvoir procéder avec le dossier et évidemment, on va finaliser l'analyse à l'aide des résultats de l'INESSS pour pouvoir amener ce genre de projet ici, soutient Marie-Eve Proulx.

Selon le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, Francis St-Pierre, qui fait partie des élus qui réclament ce service, les résultats d'analyse se font attendre.

On savait que le rapport devait être déposé quelque part en mai ou juin, finalement il n'a pas été déposé.

Francis St-Pierre, préfet de la MRC de Rimouski-Neigette

On a recommuniqué il y a quelques semaines et le rapport n'est toujours pas déposé. Je ne sais pas qu'est-ce qui bloque pour déposer le rapport, mais comme je vous dis, on l'attend avec impatience et on réitère l'importance pour nous du dossier d'hémodynamie pour la région, ajoute le préfet.

D'après les informations d'Édith Drouin

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures