•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Chantale Cyr : la CS des Rives-du-Saguenay souhaite une entente à l’amiable

Chantale Cyr dans un couloir du palais de justice.

Chantale Cyr demande notamment de réintégrer son poste de directrice à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Thomas Laberge

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay demande que le dossier de Chantale Cyr soit réglé hors cour. Le conseil des commissaires a statué sur la question lors d’une séance extraordinaire tenue le 17 octobre en soirée.

Le mieux, c’est de trouver un terrain d’entente en discutant avec Mme Cyr et son avocat dans le souci de terminer le dossier le plus rapidement possible, explique le porte-parole de la Commission scolaire pour ce dossier, Carl Bergeron.

Toutefois, la possibilité de porter le jugement en appel n’est pas complètement écartée. Les autres options, on les a regardées, mais pour le moment on n’est pas là, nuance-t-il.

La Commission scolaire soutient que la médiation est nécessaire avant de répondre à quelque demande que ce soit faite par Chantale Cyr. On pense qu’on peut discuter avec Mme Cyr et son avocat avant de prendre une décision, affirme Carl Bergeron ajoutant que des cadres utilisent encore les programmes d’aide aux employés à la suite du procès.

Liz S. Gagné.

La présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné.

Photo : Radio-Canada

Il est à noter que la vaste majorité de la séance s’est tenue à huis clos.

Bien que le jugement montrait du doigt la présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné, cette dernière a décidé de conserver son poste. Elle n’a toutefois pas pris part au huis clos ni au vote.

Une comédie selon Me Éric Le Bel

L'avocat de Chantale Cyr, Me Éric Le Bel, qualifie de comédie cette réunion des commissaires. Il affirme que le dossier n’a pas évolué. Il déplore que les élus scolaires n’aient pas encore exclu de porter le jugement en appel.

Surtout, il affirme que la présidente Liz S. Gagné, même si elle s'est retirée des discussions sur ce dossier, continue d’influencer les commissaires.  Il explique qu’elle a été présente avec eux toute l’heure qui a précédé la réunion, puis qu’elle s’est déplacée dans un local adjacent le temps que les discussions sur le sujet se déroulent.

Son aura imprègne le conseil des commissaires et leur indique quelles directions et quelles décisions prendre, a-t-il indiqué en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Me Le Bel rappelle que sa clientèle est disponible depuis lundi pour être réintégrée dans ses fonctions et qu'elle attend toujours son rappel.

Réactions politiques

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, dit ne pas vouloir prendre position dans ce dossier, mais elle demande à la Commission scolaire de ne pas faire appel du jugement.

Moi je ne prends pas parti pour l’un ou l’autre. Ça a coûté une fortune aux contribuables, il faut arrêter de payer [...] Je peux vous le confirmer, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, est vraiment préoccupé, soutient-elle.

Le ministre a le droit à ses opinions. On en tient compte. On a écouté ce qu’il nous a dit. Il sait que l’on travaille avec son accompagnatrice et qu’on fait ce qu’on a à faire, a répondu Carl Bergeron au sujet des préoccupations du ministre Jean-François Roberge.

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation