•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier et son opposant conservateur s’attaquent dans un débat en Beauce

Richard Lehoux et Maxime Bernier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En Beauce, la lutte s'annonce des plus serrée entre le député sortant Maxime Bernier, maintenant chef du Parti populaire du Canada, et le candidat conservateur, Richard Lehoux. Jeudi matin, un débat à la radio locale de Saint-Georges a donné lieu à des échanges parfois virulents.

Des échanges sur l’équilibre budgétaire, la dette, l’immigration et l’aide aux entreprises ont laissé place à plusieurs échanges musclés, parfois inaudibles, entre les deux candidats.

Ça fait 13 ans que je représente les Beaucerons, je crois que je les représente très bien. Je suis le seul gars à Ottawa à dire la vérité, a lancé d’entrée de jeu Maxime Bernier.

Le député sortant reproche notamment à son adversaire de devoir suivre une ligne de parti, ce que le chef du PPC n'aura pas à faire.

En réplique, Richard Lehoux soutient que le chef du PPC n'aura aucun pouvoir avec une poignée de députés au parlement. J’offre d’avoir la possibilité de représenter les Beaucerons dans un parti qui va être au pouvoir le 21 octobre prochain, estime l'ancien agriculteur.

Dans un contexte d’un gouvernement minoritaire, Maxime Bernier croit plutôt que son parti pourrait avoir la balance du pouvoir. Il s’agit de faire élire quelques députés, croit-il.

Agriculture

Le sujet de l’agriculture a monopolisé plusieurs échanges, dont l’aide aux producteurs de porcs qui subissent les contrecoups du conflit commercial avec la Chine.

Il n’y a pas un autre pays qui n’accorde pas d’aide aux producteurs. On doit s’assoir avec eux rapidement. Lorsqu’on ferme un marché, on n’a beau dire qu’on va aller ailleurs, ça ne se fait pas comme ça, a martelé le candidat conservateur.

Une proposition que M. Bernier a immédiatement critiquée. Ça fait 30 ans que M. Lehoux est dans le cartel de l’UPA, Il défend ce cartel, et non pas les Beaucerons.

Un porc dans une étable

Des certificats sanitaires vétérinaires contrefaits émis par un producteur de porc canadien ont incité la Chine à suspendre l'importation de tous les produits de viande en provenance du Canada.

Photo : Radio-Canada

Un passé libéral

L’animateur Gaston Cloutier n’a pas hésité à rappeler que Richard Lehoux s’était présenté pour les libéraux de Jean Charest, en 2008, soulevant son allégeance au Parti conservateur .

Jean Charest était au parti conservateur du Canada, avant de faire le saut au Québec, s’est défendu Richard Lehoux, ajoutant que M. Charest l'avait convaincu à se présenter.

Questionné à savoir si le passé libéral de M. Lehoux nuirait à sa relation avec le gouvernement de François Legault, Maxime Bernier a pris la balle au bond, estimant que son parti s’alignait sur les positions de la CAQ, comme la loi sur la laïcité.

Sheer en renfort vendredi

Le chef du Parti conservateur, Andrew Sheer sera en Beauce, vendredi.

Lors du débat des chefs, M. Sheer avait évoqué que Maxime Bernier ne gagnerait pas dans sa propre circonscription.

« Il vient en Beauce pour aider son candidat. Il s’aperçoit qu’il a peu de chance de remporter, estime Maxime. Bernier. Si c’était certain que Maxime Bernier perd son siège en Beauce, il ne devrait pas perdre son temps à être ici.

Richard Lehoux a répondu que la présence de M. Bernier, lui-même chef de parti, démontrait les défis de sa réélection.

Québec

Politique fédérale