•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le libéral Rémi Massé souhaiterait financer une école internationale à Grand-Métis

Plan modélisé des résidences étudiantes pour un projet de campus à Grand-Métis.

Le projet d'un campus de la United World College implique la construction de nouvelles infrastructures, comme des résidences étudiantes.

Photo : Radio-Canada

Miriane Demers-Lemay

S’il est réélu le 21 octobre, le candidat libéral dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, promet de tenter de trouver du financement pour les infrastructures requises pour la création d’un campus du United World College à Grand-Métis.

Il s’agirait du premier campus francophone de l’institution d’enseignement postsecondaire, qui possède des campus dans plusieurs pays et qui a formé diverses personnalités, comme la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, et la ministre des Affaires étrangères, Christia Freeland.

Le projet est sur la table à dessin depuis un an et serait réalisé en collaboration avec les Jardins de Métis. Il nécessiterait des investissements de plus de 20 millions de dollars, qui serviraient à rénover des bâtiments déjà existants aux Jardins de Métis et à construire de nouvelles infrastructures, comme des résidences étudiantes.

Notre dossier Élections Canada 2019

C’est un engagement de pouvoir maintenir nos jeunes, mais aussi d’attirer d’autres jeunes, avec un établissement d’enseignement de ce type-là qui attire des étudiants internationaux chez nous, cela pourrait avoir des retombées extraordinaires, croit Rémi Massé, qui s’est beaucoup impliqué dans la conception et les études préliminaires au projet au cours de la dernière année.

Rémi Massé.

Le candidat libéral Rémi Massé promet de continuer à travailler pour voir l'établissement d'un campus francophone du United World College à Grand-Métis.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Ce sont des étudiants qui sont nos leaders de demain, nos politiciens de demain, nos grands financiers. D'être venus ici pour recevoir leur enseignement, c'est un lien étroit qui se crée et ce ne peut qu’être bénéfique pour notre région, continue le candidat, qui ajoute que le secteur du Grand-Métis possède différents atouts pour l’établissement de ce campus.

Ce projet est l’illustration d’une vision qu’on a pour le développement de notre région.

Rémi Massé, candidat libéral

On a la chance d’être ici sur un campus qui offre un environnement extraordinaire à côté, avec le fleuve, la rivière à saumons, l’aéroport de Mont-Joli sur lequel on a investi plusieurs millions de dollars, l’Institut Maurice-Lamontagne, énumère Rémi Massé.

Le directeur des Jardins de Métis, Alexander Reford, croit tout autant au potentiel du projet.

Même s’il croit qu'il se réalisera plus rapidement avec Rémi Massé, il pense que le projet aura des appuis, peu importe les résultats de l’élection.

Le projet est bon, je suis certain qu’on va pouvoir le réaliser, affirme M. Reford. Il indique aussi que l'installation d'un campus de ce collègue pourrait permettre aux Jardins de demeurer ouverts 12 mois par année.

Le réseau du United World College possède 18 campus dans divers pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, à Singapour, à Hong Kong et en Inde. Au Canada, le seul campus du réseau est situé à Victoria, en Colombie-Britannique.

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale