•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau film retrace la vie de deux réfugiés devenus artistes bien-aimés à T.-N.-L.

Luben Boykov et Elena Popova.

Un nouveau documentaire de l'Office national du film retrace la vie des artistes Luben Boykov et Elena Popova.

Photo : Gracieuseté - Office national du film

Patrick Butler

Luben Boykov et Elena Popova ont joué d'audace pour fuir leur pays et s'installer à Terre-Neuve.

En 1990, lors d’un vol entre Moscou et La Havane, les deux artistes bulgares ont profité d’une escale à Gander pour s’échapper de l’avion, demander l’asile et commencer une nouvelle vie en Occident.

Dans les années 1990, quelque 3000 Bulgares ont fait défection à Terre-Neuve. La majorité a quitté la province pour aller ailleurs, mais M. Boykov et Mme Popova ont décidé de rester.

Un nouveau documentaire, projeté cette semaine dans le cadre du Festival international de films de femmes de Saint-Jean, retrace la vie et les relations parfois tumultueuses du sculpteur et de la peintre, qui sont depuis devenus deux des artistes les plus connus à Terre-Neuve-et-Labrador.

Luben Boykov et Elena Popova se tiennent la main.

Le couple est retourné en Bulgarie pour réaliser le film.

Photo : Gracieuseté - Office national du film

Présenter Luben et Elena comme ils le méritent

Ellie Yonova, la réalisatrice bulgare à l’origine du long-métrage Luben and Elena, est devenue amie du couple en 1998. Cette amitié ainsi que leur patrimoine commun a mené à un film qui présente une perspective unique et intime sur les deux artistes et leur famille, explique-t-elle.

Cet accès m’a permis de faire un portrait de ce couple et de donner une explication de leur art et de leur vie, ce qui n’est pas souvent possible lorsqu’on fait des documentaires.

Ellie Yonova, réalisatrice, Luben and Elena

D’habitude, c’est un portrait assez superficiel. On voulait aller plus loin et présenter Luben et Elena comme ils le méritent.

Ellie Yonova.

Le réalisatrice Ellie Yonova

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Mme Yonova a rencontré le couple lorsque les deux artistes connaissaient leurs premiers succès professionnels à Terre-Neuve. Presque 30 ans après leur arrivée dans la province, le territoire de son pays d’adoption est parsemé des sculptures en bronze de M. Boykov, et les tableaux multicolores de Mme Popova sont exposés dans des galeries autour du monde.

Je me souviens des premiers tableaux d’Elena et de l’art qu’elle a créé quand elle est arrivée ici, observe Mme Yonova. Ses oeuvres étaient pour la plupart axées sur une seule émotion ou sur la façon dont elle se sentait sur le moment. Maintenant, après toutes ces années, ses œuvres peuvent raconter toute l’expérience d’une vie. Elles ont une profondeur incroyable.

Un tableau.

Le tableau « Dreamlike », par Elena Popova

Photo : Gracieuseté - Office national du film

Luben and Elena, financé par l’Office national du film, retrace les premières années que la famille a passées à Terre-Neuve, où elle a dû s’adapter au climat et où les deux filles du couple ont grandi.

Lors des entrevues, Ana et Iliyana Boykov racontent des moments drôles, partagent des souvenirs chéris et expliquent les valeurs fondamentales qu’elles ont acquises grâce à leurs parents.

Une sculpture en bronze sur le bord de la mer.

La sculpture de Luben Boykov, « Meeting of Two Worlds », au lieu historique national L'Anse aux Meadows, à Terre-Neuve.

Photo : Gracieuseté - Office national du film

Mais le couple raconte aussi les moments plus difficiles et frustrants de leur vie conjugale.

Luben et Elena ont été très généreux, indique Mme Yonova. On a pu montrer toutes les différentes facettes de leur relation. Je pense que c’était vraiment important, parce que dans la vie, ça arrive parfois. Ils ne se sont pas gênés pour me raconter des moments difficiles.

En plus de raconter l’histoire des deux artistes à Terre-Neuve, Luben and Elena suit les artistes pendant un voyage dans leur pays d’origine. Lors de ce séjour en Bulgarie, ils visitent les ruines de la maison du Parti communiste bulgare et l’école des beaux-arts où ils se sont rencontrés. Par la suite, Mme Yonova leur rend visite en Sicile, où ils se sont récemment installés.

C’était toute une expérience, raconte la réalisatrice. Ça nous a pris des années. Mais je m'estime très, très heureuse d’avoir raconté cette histoire.

Terre-Neuve-et-Labrador

Cinéma