•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prématernelle à l'Î.-P.-É. en place dès septembre 2020, promet Dennis King

Photo prise dans une garderie à Montréal.

Les centres de la petite enfance de l'Île-du-Prince-Édouard ont du mal à recruter et à retenir leurs éducatrices. C'est particulièrement vrai dans les six centres de langue française de la province.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

François Pierre Dufault

Le gouvernement progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard croit être en mesure de mettre en place un nouveau programme de prématernelle dès l'an prochain.

Le programme serait offert gratuitement tous les matins en semaine aux enfants de quatre ans qui fréquentent les centres de la petite enfance (CPE) déjà existants de la province. Les parents de ces enfants n'auraient plus qu'à payer pour une demi-journée de service de garde.

La mise sur pied d'un programme de prématernelle était l'un des principaux engagements du premier ministre Dennis King lors des dernières élections provinciales. Dans leur programme électoral, les progressistes-conservateurs estimaient les coûts du programme à environ 5 millions de dollars par année.

Il y a encore beaucoup de questions auxquelles nous devons répondre, mais notre objectif est d'avoir un système en place d'ici septembre 2020.

Dennis King, premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard

Les trois quarts des enfants de quatre ans à l'Île-du-Prince-Édouard fréquentent déjà un CPE, selon des données du gouvernement provincial. Le premier ministre dit qu'il veut prendre ce qui est déjà là, l'améliorer [et] encourager [plus d'enfants] à y participer.

Selon le ministère de l'Éducation et de l'Apprentissage continu, le nouveau programme de prématernelle serait offert par les éducatrices dans les CPE en suivant le programme pédagogique de la petite enfance en vigueur dans la province.

Il n'y aurait pas de limite à la taille des classes, mais une proportion de 10 enfants par éducatrice serait maintenue.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard s'attend à ce que les CPE embauchent davantage d'éducatrices au fur et à mesure que de nouvelles places dans des classes de prématernelle seront créées.

C'est d'ailleurs ce qui préoccupe l'opposition à l'Assemblée législative.

La députée du Parti vert, Karla Bernard, rappelle que, malgré de récentes augmentations salariales, ce sont les éducatrices de la petite enfance à l'Île-du-Prince-Édouard qui sont les moins bien rémunérées du pays. L'élue craint que le gouvernement ne mette davantage de pression sur un système déjà fragile.

Les CPE de la province ont d'ailleurs du mal à recruter et à retenir leurs éducatrices. C'est particulièrement vrai dans les six centres de langue française, où la langue représente un obstacle de plus au recrutement.

J'entends de la part de plusieurs [directions] de CPE qu'elles sont en panique parce qu'elles ne peuvent pas garder leurs employées.

Karla Bernard, députée du Parti vert de l'Île-du-Prince-Édouard

Les éducatrices de la petite enfance francophones se disent, quant à elles, prêtes à travailler avec Dennis King pour mettre en place un programme de prématernelle pour les enfants de quatre ans. Mais elles mettent en garde le gouvernement contre un déploiement trop rapide du programme.

Il faut [d'abord] régler la question des salaires pour qu'on puisse commencer à embaucher plus d'éducatrices, exhorte Kathleen Couture, la directrice générale de l'Association des CPE francophones de l'Île-du-Prince-Édouard. On travaille très fort pour recruter des éducatrices. Mais c'est très difficile avec les salaires qu'on a.

Les éducatrices de la petite enfance francophones se demandent également comment se fera la transition entre le programme préscolaire le matin, et le service de garde l'après-midi. Elles invitent le gouvernement à les consulter à ce sujet avant de déployer son nouveau programme.

Avec des renseignements de Kerry Campbell, de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale