•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Markham–Stouffville : l'ex-ministre Jane Philpott dans une lutte à trois

portrait d'une femme à carré brun et lunettes noires

Jane Philpott se présente comme députée indépendante après avoir été expulsée du caucus libéral par Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Julie-Anne Lamoureux

Lundi soir, les électeurs de Markham-Stouffville, en banlieue de Toronto, risquent de vivre une soirée électorale palpitante. Qui ravira la circonscription et ira les représenter à Ottawa?

La circonscription a des racines tant libérales que conservatrices. Cette année, un nouveau facteur donne une dynamique particulièrement intéressante : la députée sortante Jane Philpott se présente comme candidate indépendante.

La candidate indépendante Jane Philpott dîne avec son équipe avant de retourner faire du porte-à-porte dans Markham–Stouffville.

La candidate indépendante Jane Philpott dîne avec son équipe avant de retourner faire du porte-à-porte dans Markham–Stouffville.

Photo : Radio-Canada

Elle avait démissionné de son poste de ministre en mars dernier, disant avoir « perdu confiance » en Justin Trudeau dans la foulée de l'affaire SNC-Lavalin. Le premier ministre l'avait ensuite exclue du caucus libéral en avril dernier, tout comme sa collègue Jody Wilson-Raybould.

Des pancartes électorales des candidats fédéraux de la circonscription de Markham–Stouffville.

Les candidats libéral et conservateur, et l'indépendante Jane Philpott se livrent une lutte à trois dans la circonscription de Markham–Stouffville.

Photo : Radio-Canada

Des électeurs partagés

Dans la circonscription de Markham-Stouffville, la loyauté est cependant toujours forte pour Jane Philpott.

Lorraine Simard est une électrice de la circonscription de Markham–Stouffville.

Lorraine Simard est une électrice de la circonscription de Markham–Stouffville.

Photo : Radio-Canada

Lorraine Simard a toujours voté pour le Parti libéral, mais votera pour Mme Philpott cette fois-ci.

J'aime son courage. [...] J'aime ce qu'elle représente.

Lorraine Simard, électrice
Genevieve Cuthbertson est une électrice de la circonscription de Markham–Stouffville.

Genevieve Cuthbertson est une électrice de la circonscription de Markham–Stouffville.

Photo : Radio-Canada

Une autre électrice, Genevieve Cuthbertson, sera loyale au Parti libéral, même si elle pense que Jane Philpott est la meilleure candidate.

J'aimerais pouvoir voter pour Jane Philpott, mais en tant qu'indépendante, je ne crois pas qu'elle aura du pouvoir. C'est décevant, parce qu'elle est la meilleure candidate. Mais je veux que les libéraux soient réélus.

Genevieve Cuthbertson, électrice

Être députée indépendante

À quelques jours du vote, les électeurs se demandent si une députée indépendante peut bien les représenter.

Jane Philpott reconnaît que c'est un enjeu majeur dans sa campagne, mais elle mise sur le fait qu'elle est très connue dans la région, y ayant été médecin de famille durant 17 ans et députée durant 4 ans.

Elle estime qu'avec la possible élection d'un gouvernement minoritaire, l'option d'élire un député indépendant devient encore plus intéressante.

Les partis qui sont plus petits et même les indépendants vont avoir une opportunité plus grande. [...] Il n'y a pas de raison pour ne pas essayer ce modèle : avoir des députés indépendants qui vont travailler avec tout le monde pour faire des grandes choses pour le Canada.

Jane Philpott, candidate indépendante
La candidate libérale Helena Jaczek fait du porte-à-porte en vue de l'élection du 21 octobre dans la circonscription de Markham–Stouffville.

La candidate libérale Helena Jaczek fait du porte-à-porte en vue de l'élection du 21 octobre dans la circonscription de Markham–Stouffville.

Photo : Radio-Canada

Son adversaire du Parti libéral, une femme médecin et ancienne députée provinciale, Helena Jaczek, n'en est pas si convaincue. Pour elle, les députés indépendants n'ont pas une voix aussi forte pour leurs concitoyens.

On a des indépendants depuis le début de l'histoire de la Chambre des communes et en somme, ils n'ont pas eu de place importante à la table. Ils n'ont pas été efficaces pour aider la population.

Helena Jaczek, candidate libérale

Helena Jaczek mise sur le fait que les électeurs choisissent d'abord le parti avant de s'intéresser au candidat ou au chef. Elle estime donc que son véritable adversaire est le conservateur Theodore Anthony, et non Jane Philpott.

Une pancarte électorale

Une pancarte électorale

Photo : Radio-Canada

Theodore Anthony, un homme d'affaires de la région, n'était pas disponible pour nous accorder une entrevue.

Hal Berman représente le Nouveau Parti démocratique. Il est lui aussi médecin et s'est présenté aux élections de 2015 dans la circonscription de York Centre.

Ce n'est pas important de savoir si je vais gagner. Ce qui est important, c'est que les électeurs aient l'option de voter pour le parti qu'ils veulent.

Hal Berman, candidat néo-démocrate

Les autres candidats sont Roy Long du Parti vert et Jeremy Lin du Parti populaire du Canada.

Résultats des élections générales de 2015 :

  • Jane Philpott, Parti libéral du Canada : 29 416 voix, élue avec 3851 voix de plus (49,2 %)
  • Paul Calandra, Parti conservateur du Canada : 25 565 voix (42,8 %)
  • Gregory Hines, Nouveau Parti démocratique : 3647 voix (6,1 %)
  • Myles O'Brien, Parti vert : 1145 voix (1,9 %)
  • Taux de participation : 68,2 %

Division du vote libéral?

La lutte se joue habituellement entre les libéraux et les conservateurs.

Mais cette année, l'analyste des sondages pour CBC, Eric Grenier, s'attend à une lutte à trois entre la candidate libérale, le conservateur et Jane Philpott. Il croit que la candidate indépendante ira gruger dans le vote libéral.

Il estime aussi que certains conservateurs pourraient voter pour elle afin de bloquer Helena Jaczek. Autre scénario : Theodore Anthony pourrait se faufiler et l'emporter si le vote libéral était divisé.

C'est vraiment une circonscription serrée. Même si Jane Philpott était candidate libérale, ce serait probablement une course assez serrée entre les libéraux et les conservateurs. Avec une candidate indépendante, ça change les choses.

Eric Grenier, analyste des sondages pour CBC

Chose certaine, il reconnaît qu'il est très difficile pour un candidat indépendant de se faire élire et d'avoir ensuite une voix forte. Mais ce n'est pas impossible.

Toronto

Politique fédérale