•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fourmi la plus rapide du monde

Des fourmis dans le sable.

Les fourmis Cataglyphis bombycinas peuvent aussi endurer des températures atteignant les 60 °C.

Photo : Université Ulm/Verena Wahl

Agence France-Presse

Les fourmis argentées du Sahara viennent de décrocher le titre de fourmis les plus rapides du monde avec des pointes à 0,855 m/s, selon une étude publiée jeudi. Leur secret : un jeu de pattes étonnant.

En calculant les vitesses maximales des insectes, Harald Wolf et Sarah Pfeffer, chercheurs de l’Université d’Ulm, en Allemagne, ont été impressionnés de constater que ces insectes atteignaient un incroyable 0,855 m/s, soit 108 fois leur propre longueur corporelle par seconde, selon un communiqué de la Company of Biologists, une association scientifique qui a commenté ces résultats.

Ces fourmis, les Cataglyphis bombycinas, étaient déjà célèbres pour leur capacité à arpenter les dunes à la recherche de leur futur repas, même quand le sable atteignait les 60 °C. 

Pour en savoir un peu plus, les deux chercheurs sont allés les filmer en pleine action dans le désert tunisien en 2015.

Outre définir ces vitesses records, les chercheurs ont découvert que les sprinteuses étaient plus rapides quand les températures étaient très chaudes. Au frais, à 10 °C en laboratoire, leurs performances déclinent (0,057 m/s).

De plus, la taille de leurs pattes n’y est pour rien : elles sont 20 % plus courtes que celles de leurs cousines des marais salants tunisiens, les Cataglyphis fortis, selon l’étude publiée par le Journal of Experimental Biology (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Tout est dans la technique : car ces petites pattes (4,3/6,8 mm), elles sont capables de les agiter à des vitesses incroyables, pouvant effectuer jusqu’à 47 pas par seconde.

Et au besoin, ces fourmis passent au galop, propulsant simultanément leurs six pattes dans les airs, ne les reposant que 7 millisecondes. Le tout dans un mouvement parfaitement synchronisé.

Cette technique pourrait leur permettre de ne pas s’enfoncer trop profondément dans le sable mou, avance Harald Wolf.

Entomologie

Science