•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : les ventes légales vont augmenter très lentement, prédit un expert

Des plants de cannabis cultivés légalement par l'entreprise Zenabis au Nouveau-Brunswick.

« La stratégie de distribution au détail mal exécutée dans la plupart des régions a entraîné un manque évident d'accessibilité et des prix de vente plus élevés (comparés aux produits illicites) entraînant une demande considérablement plus faible pour le cannabis légal », affirme le professeur Sylvain Charlebois dans son étude.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Pierre-Philippe LeBlanc

La réglementation très sévère et les prix trop élevés font en sorte que les ventes de cannabis légal ont été très inférieures à celles de cannabis du marché noir depuis la légalisation, selon Sylvain Charlebois, professeur de l'Université Dalhousie spécialiste de l’agroalimentaire et des marchés. Il prévoit néanmoins que l'écart se rétrécira d'ici 2026.

Le cannabis à usage récréatif est maintenant légal depuis un an, mais la majorité des gens qui en consomment s’approvisionnent encore sur le marché noir, selon Statistique Canada, en raison du prix et de la disponibilité des produits illégaux.

On s’attend à peut-être des ventes d’environ 1,1 ou 1,2 milliard de dollars pour la première année, ce qui ne représente même pas 20 % du marché total de cannabis récréatif. Donc, plus de 80 % du marché, c’est le marché noir, affirme Sylvain Charlebois.

Le marché légal peinera à attirer plus de consommateurs au cours des prochaines années, selon le chercheur.

Le gouvernement voulait éliminer le marché noir, alors on a créé un modèle puis on ne s’attend pas à ce que les ventes légales atteignent 50 % du marché total avant au moins 2026, et ça, c’est une prévision optimiste. Ça pourrait prendre beaucoup plus de temps pour deux raisons principales : la réglementation qui est archi-sévère en ce qui a trait aux produits comestibles et aussi la stigmatisation qui est toujours là. Ça va prendre encore pas mal de temps avant que les gens se sentent à l’aise de commercer avec le gouvernement pour acheter du cannabis légal, estime Sylvain Charlebois.

Les produits comestibles, une occasion pour le marché noir?

Il est prévu que les produits comestibles au cannabis seront offerts sur le marché légal à la mi-décembre, mais Sylvain Charlebois doute que ce sera le cas.

Je connais déjà une dizaine de compagnies au Nouveau-Brunswick seulement qui attendaient aujourd’hui pour soumettre leur demande à Santé Canada. On parle d’une centaine de demandes juste pour quelques entreprises. Alors, Santé Canada va avoir les mains pleines pour un certain temps, dit-il.

Les cas récents de maladies pulmonaires associées au vapotage peuvent rendre les produits comestibles au cannabis plus attrayants, selon lui.

Et qu’est-ce qui va satisfaire cette demande-là, c’est le marché noir.

Sylvain Charlebois, professeur à l'Université Dalhousie

J’ai l’impression que la légalisation des produits comestibles pourrait aider le marché noir davantage parce qu’il y a une demande : 73 % des Canadiens qui sont favorables à la légalisation du cannabis veulent essayer un produit comestible. Alors, la demande est là, mais il n’y a pas de produits sur le marché. C’est certain que le marché noir risque de prendre de l’expansion d’ici les prochains mois, explique Sylvain Charlebois.

Des choses à changer pour appuyer le marché légal

Les prix du cannabis sur le marché légal doivent diminuer pour amener des consommateurs à renoncer au marché noir, recommande Sylvain Charlebois.

Le cannabis illégal est 87 % moins cher actuellement en moyenne. Ça, ce sont nos estimations. Il va falloir diminuer cette différence-là pour faire en sorte que le produit légal soit beaucoup plus attrayant. C’est ce qui est le gros problème actuellement. [...] Depuis un an, le marché noir offre un meilleur produit moins cher qu’auparavant. C’est certain qu’il faut s’ajuster de l’autre côté aussi au niveau légal, affirme M. Charlebois.

Le chercheur conseille aussi aux autorités d’assouplir leurs réglementations pour donner à l’industrie légale la possibilité de fidéliser les consommateurs et de faire concurrence au marché noir.

Avec des renseignements de l'émission radiophonique La matinale, d'ICI Acadie

Nouveau-Brunswick

Cannabis