•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

McKenna et Poilievre installent de nouvelles pancartes sans les couleurs de leur parti

Des pancartes électorales.

Pour la première fois en six élections, l'équipe du conservateur Pierre Poilievre a installé des pancartes noires avec une variété de messages.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À moins d'une semaine de l'élection fédérale, deux candidats sortants de la région d'Ottawa ont installé des pancartes de campagne inhabituelles qui ne sont ni rouge libéral, ni bleu conservateur.

Des pancartes noires sont apparues le long des routes de la circonscription de Carleton avec des messages tels que « Soutenir les petites entreprises » et « Vote Pierre Poilievre ».

C'est la première fois en six campagnes que le conservateur Pierre Poilievre va au-delà de l'affiche typique du parti avec son nom dessus.

Les causes que je défends - défendre les petites entreprises contre les hausses d'impôt des libéraux, protéger les contribuables contre les hausses de coûts, laisser les gens s'en sortir - transcendent toutes les couleurs de parti en ce sens que les gens de tous les partis sont touchés, a-t-il déclaré.

M. Poilievre est de nouveau confronté au libéral Chris Rodgers, qu'il a battu de trois points de pourcentage en 2015, ainsi que par Kevin Hua du NPD, Gordon Kubanek du Parti vert et Alain Musende du Parti populaire du Canada.

M. Poilievre a laissé entendre qu'une coalition entre les libéraux et les néo-démocrates pourrait être le résultat de l'élection de lundi, et non pas à la convenance de tous les électeurs.

Je veux qu'ils sachent que même s'ils ont une allégeance politique, ils peuvent voter pour moi pour que je mette fin à ces hausses d'impôts et que leur vie devienne plus abordable pour qu'ils puissent avancer, a fait valoir M. Poilievre.

Les six pancartes de McKenna

Les électeurs du centre-ville d'Ottawa, quant à eux, ont peut-être remarqué des pancartes inhabituelles de la campagne de Catherine McKenna avec des énoncés simples comme « Votez pour notre climat » dans les deux langues sur une affiche turquoise ou « Votez pour éliminer la pauvreté » sur une pancarte mauve et jaune.

D'autres pancartes véhiculent des messages sur le soutien aux emplois de la fonction publique, le contrôle des armes à feu et le droit à l'avortement.

Ces pancartes sont destinées à faire passer un message, a expliqué Mme McKenna, qui souligne qu'elle a de nombreuses pancartes libérales rouges dans toute la circonscription. Ces pancartes traditionnelles font concurrence à celles de la candidate néo-démocrate Emilie Taman, de la représentante du Parti conservateur, Carol Clemenhagen, d'Angela Keller-Herzog du Parti vert et de Merylee Sevilla du Parti populaire du Canada.

Six nouvelles pancartes avec entre autres le message « votez pour le climat ».

L'équipe électorale de Catherine McKenna a installé six nouvelles pancartes à l'approche de la fin de la campagne, dont aucune avec le rouge libéral.

Photo : Radio-Canada / Hillary Johnston

Comme celles de M. Poilievre, les pancartes de Mme McKenna sont approuvées par son propre agent plutôt que par son parti politique.

Il s'agit de se différencier de toutes les pancartes qui existent, d'arriver à ce qui est vraiment un enjeu. C'est une élection très importante. Il s'agit là de questions très importantes, a-t-elle souligné.

Loyaux envers les lignes du parti

Je ne me souviens pas avoir vu de telles pancartes auparavant, a déclaré Steve White, professeur de sciences politiques à l'Université Carleton.

Toutefois, il arrive parfois que les pancartes de campagne locale mettent l'accent sur le chef du parti ou mettent en valeur le candidat lui-même, a-t-il fait valoir.

M. White ne veut pas spéculer sur la stratégie derrière les nouvelles pancartes de Mme McKenna et M. Poilievre, et dit qu'il est difficile de savoir quel impact elles auront.

Il y a très peu de recherches sur l'impact des pancartes sur le vote au Canada, a précisé M. White.

Lorsqu'on lui demande si ses pancartes représentent un effort pour s'écarter de la campagne nationale, M. Poilievre répond que les messages sont conformes au programme électoral conservateur.

Je dirais que c'est complémentaire, a-t-il répondu.

De son côté, Mme McKenna a mentionné qu'elle n'essayait pas de prendre ses distances et que personne ne remettait en question son allégeance au Parti libéral.

Je porte du rouge tout le temps, a-t-elle ajouté.

Avec les informations de Hillary Johnstone

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale