•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'inflation s'est maintenue à 1,9 % en septembre, limitée par le prix de l'essence

Un comptoir de fruits et légumes.

L'inflation s'est maintenue à 1,9 % en septembre.

Photo : The Associated Press / Brynn Anderson

La Presse canadienne

L'inflation annuelle s'est établie à 1,9 % en septembre pour un deuxième mois consécutif, ce qui la maintient près de l'objectif idéal de 2,0 % de la Banque du Canada.

Les nouvelles données contenues mercredi dans le dernier rapport de Statistique Canada sur l'indice des prix à la consommation montraient que la croissance des prix était encore une fois freinée par la baisse des prix de l'essence.

L'inflation a été égale ou supérieure à 1,9 % lors des sept derniers mois.

La situation des prix au pays, à elle seule, n'exercera pas de pression sur la Banque du Canada dans sa décision d'ajuster, ou non, les taux d'intérêt. La prochaine annonce de la banque centrale à ce sujet est prévue pour le 30 octobre.

La moyenne des trois mesures de l'inflation de base du Canada qui sont considérées comme les meilleurs indicateurs des pressions sur les prix puisqu'elles ne tiennent pas compte de certains éléments volatils tels que l'essence et les fruits et légumes frais a légèrement augmenté, passant de 2,0 % en août à 2,1 % le mois dernier. Ces lectures de l'inflation de base sont surveillées de près par la Banque du Canada.

Royce Mendes, économiste principal chez Marchés des capitaux CIBC, a souligné que puisque toutes les données sur l'inflation sont proches de la cible, il est peu probable que cela modifie le calendrier du prochain changement de taux de la Banque du Canada.

Je pense qu'à ce stade, la Banque du Canada examine vraiment les effets du ralentissement de la croissance mondiale et des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, a affirmé M. Mendes, qui s'attend à ce que le prochain changement de taux de la banque soit une baisse, et à ce qu'il survienne en janvier.

Forte baisse du prix de l'essence

Selon Statistique Canada, une baisse de 10 % des prix de l'essence par rapport à l'année dernière a continué de peser sur l'inflation d'ensemble. Les prix du gaz naturel, en glissement annuel, ont diminué de 10,2 % en août et de 6,9 % en juillet.

Une personne met de l'essence dans sa voiture.

La baisse du prix de l'essence a freiné une hausse de l'inflation

Photo : iStock

En excluant des prix à la pompe, l'inflation de septembre était de 2,4 % pour un troisième mois consécutif.

La hausse des prix a également été freinée en septembre par la réduction des prix, d'une année à l'autre, des services d'accès à Internet, des droits de scolarité et des services téléphoniques. D'un mois à l'autre, les tarifs aériens ont connu une forte baisse, cédant 19,5 %.

Les Canadiens ont toutefois payé davantage pour les coûts de l'intérêt hypothécaire, l'assurance automobile et les achats de véhicules automobiles le mois dernier, par rapport à l'année précédente.

Les acheteurs ont dépensé 3,4 % de plus pour les véhicules automobiles en septembre qu'ils ne l'avaient fait l'année précédente. La croissance des prix dans cette catégorie dépassait ainsi 2,5 % pour un septième mois de suite, a précisé le rapport. Statistique Canada a estimé qu'il s'agissait de la plus longue période de croissance soutenue dans cette catégorie depuis le début de 2017.

Les coûts de l'intérêt hypothécaire ont augmenté tout au long du début de 2019, prenant 7,5 % en septembre. Cette séquence à la hausse faisait suite à une série d'augmentations du taux d'intérêt par la Banque du Canada, de juillet 2017 à octobre 2018.

Pour ce qui est des pressions à la baisse, le rapport indique que les droits de scolarité ont diminué de 3,6 % le mois dernier, enregistrant leur première baisse d'une année à l'autre depuis la création de l'indice, en 1973. Cette baisse a été attribuée à une diminution de 8,9 % des droits de scolarité adoptée par le gouvernement de l'Ontario pour l'année scolaire 2019-2020.

Dans l'ensemble, les économistes s'attendaient en moyenne à une inflation de 2,1 % en septembre, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Dans une note de recherche publiée mercredi, l'économiste Stephen Brown, de Capital Economics, a dit s'attendre à ce que l'inflation d'ensemble recule progressivement pour atteindre 1,5 % d'ici le début de 2020.

M. Brown a prédit que des signes de baisse de l'inflation et une croissance inférieure au potentiel de l'économie au cours des prochains mois convaincraient la Banque du Canada de réduire ses taux d'intérêt en décembre.

Économie