•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • La police de Saguenay enquête sur une agression sexuelle en CHSLD

    L'extérieur du CHSLD Jacques-Cartier.

    Deux agressions seraient survenues au CHSLD Jacques-Cartier, à Chicoutimi.

    Photo : Radio-Canada

    Mélyssa Gagnon

    Deux agressions sexuelles auraient été commises par des usagers du CHSLD Jacques-Cartier, à Chicoutimi, sur d'autres bénéficiaires, en l'espace de quelques mois.

    Selon ce qu’a appris Radio-Canada, le Service de police de Saguenay a ouvert une enquête sur l'une d'elles.

    Au début du mois de mars 2019, un usager serait entré dans la chambre d’une résidente en perte d’autonomie. Alertée par les cris, une employée se serait précipitée sur les lieux et aurait surpris l’usager en train de commettre une agression sexuelle.

    Le 7 juillet, un événement semblable aurait eu lieu au même centre d’hébergement. Cette fois, un autre résident se serait faufilé dans une chambre. Il y aurait commis des attouchements sur une femme en perte d’autonomie et se serait masturbé devant elle. Les employés sont bouleversés.

    Sous le couvert de l’anonymat, l'un d'entre eux rapporte que des membres de l’équipe ont voulu alerter la police le soir des événements. Trois sources soutiennent que la direction de l’établissement a refusé de le faire. Le syndicat se demande pourquoi.

    C’est une question qu’on se pose, évidemment, parce que les professionnelles en soins sont toujours en manque d’effectifs. Donc est-ce une question qu’il manquait réellement de personnel cette journée-là? Lorsque les professionnelles en soins ont communiqué avec leurs gestionnaires pour leur mentionner ce qui s’était passé, on a dit : "N’appelez pas le service de police pour rien, on va gérer ça à l’interne", affirme la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Bouchard.

    Une plainte pour agression sexuelle a plus tard été reçue par le Service de police de Saguenay, a confirmé le porte-parole Bruno Cormier. C’est le CIUSSS qui a finalement fait cheminer la plainte jusqu'aux policiers. L’enquête est toujours en cours.

    Congé de maladie

    Le syndicat croit que les événements ont eu des répercussions sur la santé de certains employés du CHSLD qui sont en congé de maladie depuis ce temps.

    C’est extrêmement triste de voir des situations comme ça vécues chez nous. C’est triste pour les bénéficiaires, pour la famille, mais aussi pour les professionnelles en soins parce qu’elles ont ce fardeau-là sur les épaules et, en plus, elles se sentent toujours entre l’arbre et l’écorce. Est-ce que je dois dénoncer, est-ce que je ne dois pas dénoncer? poursuit Julie Bouchard.

    Un seul événement, dit le CIUSSS

    Le CIUSSS dit n'être au courant que d'une seule agression, la plus récente. La porte-parole, Joëlle Savard, ne commente pas le dossier puisqu'un processus judiciaire est en cours, mais assure qu’aucune consigne de taire l’affaire n’a été donnée aux employés.

    On ne banalise aucune situation de ce genre-là […] Par contre, il faut faire les choses correctement. C’est sûr qu’à partir du moment où on a été mis au courant de la situation, immédiatement, la priorité a été de s’assurer de mettre en place des mesures de sécurité. La priorité a été de sécuriser le milieu, explique la porte-parole.

    La loi québécoise visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés, adoptée en 2017, oblige les établissements à signaler toute situation d’abus.

    Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean a d’ailleurs mis en place sa propre politique l'an dernier. Selon le rapport annuel de la procédure d’examen des plaintes, quatre dossiers ont été soumis dans la région en 2018-2019 pour des motifs de maltraitance sexuelle par un proche ou un tiers.

    Le comité des résidents du CHSLD Jacques-Cartier a été interpellé par la famille de la victime de l’agression du 7 juillet. Le sujet de la bonification des mesures de sécurité a également été abordé lors d’une réunion du comité des résidents tenue au début septembre.

    Saguenay–Lac-St-Jean

    Crimes et délits