•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un outil pour obtenir le juste prix pour Internet

Lettres « www » dans la barre d'adresse d'un navigateur Internet.

En 2016, les frais de communication (téléphonie, Internet et télé) représentaient chaque mois 223$ par ménage.

Photo : iStock / hayatikayhan

Mathias Marchal

Alors que le Canada figure parmi les pays où les tarifs Internet sont les plus élevés, une nouvelle plateforme propose de mesurer, en une vingtaine de secondes, la rapidité de votre service et les tarifs des principaux concurrents sur le marché.

Après s’être fait connaître il y a deux ans en créant un comparateur de forfaits cellulaires, l’équipe montréalaise derrière PlanHub récidive avec un comparateur de fournisseurs d’accès à Internet (Nouvelle fenêtre). Lorsque vous cliquez sur un hyperlien, l’outil analyse la vitesse de votre service ainsi que l’endroit où vous êtes situé, et il propose les tarifs à jour offerts par les dizaines de concurrents présents sur le marché.

C’est une façon rapide de voir si l’on paie le juste prix, explique Nadir Marcos Mechaiekh, directeur général de la jeune entreprise de sept employés qui compte sur des alliances avec certains fournisseurs pour rentabiliser la plateforme. Un système d’alerte permet aussi de bénéficier des aubaines.

En 2016, les frais de communication (téléphonie, Internet et télé) représentaient chaque mois 223 $ par ménage, et ils croissent à un rythme 50 % plus rapide que l’inflation, selon Statistique Canada.

Si l’on se fie à l’Étude 2018 de comparaison des tarifs des services de télécommunication offerts au Canada et à l’étranger, réalisée par Wall Communications, le Canada figure parmi les pays où l’accès à Internet est le plus onéreux.

Mosaïque

Ce constat cache toutefois des disparités.

Pour les services offrant une vitesse de téléchargement plus faible (moins de 15 Mb/s), les tarifs ont diminué de 3 % à 12 % au pays de 2017 à 2018, plaçant le Canada en milieu de peloton parmi les pays du G7.

Mais pour les services Internet de niveau 3 (de 16 à 40 Mb/s) et de niveau 4 (de 41 à 100 Mb/s) – les plus utilisés – les tarifs ont augmenté de 8 % en 2018. Dans ces catégories de service, le Canada se compare avantageusement aux États-Unis, mais fait pâle figure par rapport à la France au Royaume-Uni , avec des prix de 30 % à 80 % plus élevés.

Dans ce contexte, l’Union des consommateurs se déclare favorable aux comparateurstels que PlanHub, d’autant plus que les clients se font souvent offrir des forfaits supérieurs à leurs besoins.

Les comparateurs permettent de faire connaître les fournisseurs indépendants qui restent encore méconnus du grand public, même s’ils offrent parfois des prix bien inférieurs à ceux des grands fournisseurs, mentionne Anaïs Beaulieu-Laporte, analyste en télécommunications, radiodiffusion, Internet et vie privée au sein de l’organisme.

Elle note aussi que les clients ont généralement du mal à comprendre les nuances des différentes offres. Elle observe ainsi diverses pratiques des fournisseurs qui trompent les consommateurs au niveau des prix, par exemple l’annonce d’un prix qui ne sera applicable que si le service est jumelé à un autre, ou l’ajout de frais qui ne sont jamais clairement mentionnés au départ.

Données précises

Au sujet de PlanHub, l’Union des consommateurs note avec intérêt que la plateforme calcule la vitesse de téléchargement dont dispose réellement le consommateur. Souvent, la vitesse annoncée correspond à un "jusqu’à" et peut être significativement différente de la vitesse réellement obtenue, souligne Mme Beaulieu-Laporte.

À ce sujet, elle croit que le Canada devrait s‘inspirer du Royaume-Uni, qui oblige les fournisseurs à annoncer plutôt la vitesse moyenne qu’un consommateur est susceptible d’atteindre aux heures de pointe.

L’organisme de défense des consommateurs relève toutefois quelques lacunes du côté de PlanHub. Notamment le fait que certains petits fournisseurs semblent exclus des recommandations, dont Primus, DERYtelecom ou Sogetel, et que les prix affichés par la plateforme peuvent être trompeurs.

Nous notons qu’à plusieurs reprises le prix identifié sur PlanHub est un prix temporaire (valable) au plus 12 mois. Il est très dommage que les comparateurs de forfaits reprennent ainsi les représentations trompeuses des fournisseurs au lieu de tenter d’alerter les consommateurs des pratiques des fournisseurs en la matière, indique Anaïs Beaulieu-Laporte.

Sur ce dernier point, Nadir Marcos Mechaiekh mentionne que PlanHub montre le prix au septième mois justement pour limiter le biais relié aux rabais offerts pour les premiers mois. En outre, un calculateur plus élaboré proposé sur le site Internet permet de calculer tous les coûts comme l’installation ou la location d’un modem.

M. Mechaiekh précise, en outre, que les ressources limitées de la jeune entreprise ne permettent pas de recenser les données des 360 fournisseurs Internet au Canada, mais il invite les opérateurs désirant être répertoriés à entrer directement en contact avec PlanHub pour être ajoutés en priorité.

Internet

Techno