•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loi 40 : les commissions scolaires de l'Estrie exigent que le ministre Roberge se ravise

Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge

Le projet de loi permettrait au ministre Jean-François Roberge d’imposer des regroupements de services et de déterminer des objectifs ou des cibles pour les centres de services scolaires.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Les Commissions scolaire de l'Estrie ont fait front commun mercredi pour exiger le retrait du projet de loi 40, qui prévoit leur abolition.

Rappelons que ce projet de loi vise le remplacement des commissions scolaires par des centres de service dans lesquels seraient représentés les parents, les enseignants et les organisations de la communauté civile.

Yves Gilbert, président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons et porte-parole des présidents des Commissions scolaires francophones de l'Estrie, demande aussi la mise en place d'une vaste consultation.

On appelle ça un livre blanc. Avec tous les acteurs de l'éducation, je pense que c'est comme une famille. On met tout le monde autour de la table : les parents, les équipes-écoles, les directions d'école, les commissaires, les citoyens, les propriétaires d'entreprise... et on fait une étude sérieuse sur notre vision de l'éducation et la façon d'assurer une bonne gouvernance, explique-t-il.

Depuis le dépôt du projet de loi, les commissions scolaires de la région se disent préoccupées entre autres par le processus des élections des membres du nouveau conseil et craignent un manque de représentativité.

Estrie

Éducation