•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Métis se tournent vers les tribunaux dans une importante revendication territoriale

Des Métis entrent dans l'édifice de la Cour fédérale. Certains portent de larges drapeaux métis.

Une coalition de communautés métisses de l'Alberta et de la Saskatchewan a déposé mercredi à la Cour fédérale à Saskatoon une requête pour réclamer un territoire de 120 000 km carrés dans le nord des deux provinces.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des communautés métisses de la Saskatchewan et de l'Alberta se tournent vers les tribunaux pour réclamer un territoire d'environ 120 000 km carrés dans le nord des deux provinces.

Une coalition, formée d’une vingtaine de communautés métisses des deux provinces, a déposé une requête mercredi à la Cour fédérale à Saskatoon.

Dans une déclaration de 33 pages, ces communautés demandent que leurs droits ancestraux notamment de propriété, de possession, d’occupation et d'exploitation soient reconnus dans la région visée par la revendication.

La déclaration vise en fait à amener Ottawa à négocier hors cour.

Pour le président de la Nation métisse de Fort McKay, dans le nord-est de l’Alberta, Ron Quintal, la démarche s’imposait depuis longtemps.

« Cela aurait pu être évité si les gouvernements successifs avaient fait ce qui est juste et avaient reconnu que le processus de délivrance des certificats a privé les Métis de ce qui leur revenait de droit », affirme-t-il.

Le territoire réclamé comprend les municipalités albertaines de Fort McMurray, Lac La Biche et Fort Chipewyan. Ce territoire comprend aussi les municipalités saskatchewanaises de La Loche, Ile-à-la-Crosse.

Le territoire réclamé par les Métis couvre environ 120 000 kilomètres carrés dans le nord-ouest de la Saskatchewan et nord-est de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Le processus de délivrance des certificats était un système fédéral de distribution de terres, en vigueur dans les années 1800, qui prévoyait de donner à des Métis des parcelles de terre d'une superficie de 0,65 à 0,97 km carré.

Mais les Métis soutiennent que des abus de pouvoir, des dysfonctionnements dans le système et des fraudes les ont privés de ces terres.

Le territoire réclamé dispose de beaucoup de ressources naturelles, dont Ottawa tire profit, soutient le président de la communauté métisse d'A La Baie, en Saskatchewan, Jim Durocher.

Jim Durocher donne une entrevue.

Le président de la communauté métisse d'A La Baie, en Saskatchewan, Jim Durocher, soutient que les Métis ne bénéficient pas des retombées économiques de l'exploitation des ressources naturelles sur le territoire réclamé.

Photo : Radio-Canada

« Le gouvernement fédéral engrange des milliards de dollars chaque jour avec l'uranium, le pétrole et les forêts. Ce sont des ressources essentielles à l'économie canadienne et nous ne recevons absolument rien », clame-t-il.

De son côté, Ron Quintal assure que cette réclamation territoriale ne vise pas à déloger les gens qui vivent sur ce territoire.

« Nous voulons être clairs pour tous les Canadiens qui vivent, qui travaillent ou qui investissent sur ce territoire : nous nous engageons à travailler à votre succès et à votre prospérité. Nous ne souhaitons déplacer personne. Nous soutenons les entreprises responsables, y compris dans l'industrie minière. »

Les Métis sont ouverts à des négociations politiques

Pour les communautés métisses, cette requête, déposée en pleine campagne électorale, est un moyen de pousser les partis politiques à s'engager à respecter leurs droits.

Ron Quintal prend la parole debout sur une estrade.

Le président de la Nation métisse de Fort McKay, Ron Quintal, espère arriver à une entente négociée de bonne foi avec le prochain gouvernement fédéral.

Photo : Radio-Canada

« On veut faire comprendre au prochain gouvernement que nous sommes prêts à défendre nos droits. Nous nous rendrons à Ottawa, que ce soit pour négocier avec le prochain gouvernement ou pour aller de l'avant avec cette poursuite », déclare Ron Quintal.

Même s’il estime avoir de bonnes chances de remporter cette bataille judiciaire, il espère arriver à une entente négociée de bonne foi avec le prochain gouvernement.

Les communautés métisses impliquées dans cette action judiciaire espèrent recevoir l'appui des gouvernements de l'Alberta et de la Saskatchewan. Elles souhaitent rencontrer ces gouvernements pour discuter des enjeux qui touchent les Métis.

De son côté, le gouvernement saskatchewanais a indiqué dans une courte déclaration en fin d'après-midi mercredi qu'il est au courant de la requête déposée par les Métis plus tôt à la Cour fédérale. Sans prendre position, la province affirme qu'elle suivra de près les prochaines étapes de cette procédure.

Avec les informations de Samuel Desbiens, de Gabrielle Proulx et de CBC

Saskatchewan

Politique