•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hommage mérité pour Kim Deschênes

Kim Deschêne sourit avec son manteau bleu.

Kim Deschênes a porté les couleurs des Carabins de Montréal de 2009 à 2014

Photo : Université de Montréal

François Le Blanc

L'Université de Montréal va rendre un hommage bien mérité à la hockeyeuse acadienne Kim Deschênes. Les Carabins, au hockey féminin, vont retirer son chandail numéro 9 lors d'une cérémonie vendredi avant leur match d'ouverture. L'équipe célèbre ses 10 ans d'existence et Deschênes a été une pionnière du programme.

Kim Deschênes debout sur ses patins, habillée en hockey.

Kim Deschênes était la capitaine des Carabins lors de leur conquête du Championnat canadien de hockey féminin de 2013

Photo : Université de Montréal

Quand j'ai eu cette nouvelle-là, j'étais émue, sans mot. Je ne m'y attendais aucunement, zéro, mentionne Kim Deschênes, qui est originaire de Saint-Quentin, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

C'est la première fois de leur histoire que les Carabins retirent un numéro pour immortaliser une de leurs joueuses. Kim est seulement la deuxième hockeyeuse universitaire au Canada à recevoir un tel honneur après Jill Morillo des Ridgebacks d’Ontario Tech.

Danièle Sauvageau

Danièle Sauvageau

Photo : Radio-Canada

Sans aucun doute, Kim est la joueuse qui a le plus marqué notre organisation, mentionne la directrice générale de l’équipe Danièle Sauvageau, dans un communiqué. Son talent et ses réalisations personnelles font d’elle un exemple à suivre.

Une contribution unique

Ses statistiques parlent d'elle-même : 157 points en 128 matchs (saisons et séries), deux médailles d'or aux Universiades avec le Canada, membre de l'équipe d'étoiles du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ). L'Acadienne a aussi été la première capitaine de l'Université de Montréal à soulever le trophée du Championnat canadien, en 2013. Une finale où elle a inscrit le but gagnant et été nommée joueuse par excellence du tournoi.

Des joueuses avec le trophée et une bannière

Lors du championnat de 2013, la capitaine Kim Deschênes, troisième à partir de la droite, a été nommée joueuse par excellence.

Photo : USPORTS

Puis, celle qui est aujourd'hui courtière immobilière à Montréal a été repêchée par les Stars et les Canadiennes de Montréal, de la défunte Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).

Joueuse en action

Kim Deschênes a joué au hockey professionnel après sa carrière avec les Carabins, dont avec les Stars puis les Canadiennes de Montréal.

Photo : Stars de Montréal

Pourtant, rien ne laissait présager de tels exploits lorsqu'à 18 ans, Kim Deschênes quittait Saint-Quentin vers Montréal pour s'intégrer à une nouvelle équipe de hockey féminin qui n'avait joué aucune rencontre.

Pour vrai, des fois, je me pose la question. J'étais un peu folle de partir comme ça. Il n'y avait pas d'équipe. Cétait l'an zéro, avec seulement des pratiques, aucun match. En plus, il n'y avait même pas de vestiaire attitré à l'équipe.

Kim Deschênes

Attirée par l'aventure, Kim Deschênes a fait confiance à Danièle Sauvageau et à l'entraîneuse-chef Isabelle Leclaire.

Isabelle Leclaire, entraîneuse-chef des Carabins de l'Université de Montréal

Isabelle Leclaire, entraîneuse-chef des Carabins de l'Université de Montréal.

Photo : Carabins de l'Université de Montréal / James Hajjar

Isabelle a vu un potentiel en moi lors de Championnats canadiens. Elle a cru en moi. Ça m'a permis d'être créative sur la glace et hors glace.

J'ai visité d'autres universités, leurs vestiaires étaient super beaux et l'équipe avait un historique. Je me suis dit : "Je me lance dans l'aventure, je veux écrire une page d'histoire et je veux faire partie de cette première édition-là." Je ne le regrette aucunement aujourd'hui.

Kim Deschênes

D'ailleurs, Isabelle Leclaire estime que sa capitaine a grandement aidé à bâtir la réputation du programme de hockey.

Elle n’en était peut-être pas consciente à l’époque, mais sa confiance et sa loyauté envers nous faisaient en sorte que les autres joueuses ont immédiatement adhéré au plan et à la philosophie de l’équipe, explique Isabelle Leclaire.Kim a eu un très grand impact sur nos succès rapides. Je pouvais lui demander son opinion sur plusieurs sujets qui touchaient l’équipe et je respectais énormément son point de vue.

Kim Deschênes vit toujours dans la métropole du Québec où elle conjugue travail et hockey. Quand son chandail sera soulevé au plafond du CEPSUM, à Montréal, Kim Deschênes vivra beaucoup d'émotions.

J'ai sorti des photos avec mes médailles et ça me rappelle de beaux moments, dit Kim Deschênes. J'ai de la misère à croire que le 16 octobre 2009, c'était mon premier match avec les Carabins. Je suis vraiment nostalgique. Le temps passe vite.

Palmarès des Carabins :

  • 2 championnats canadiens universitaires
  • 4 titres des séries éliminatoires du RSEQ
  • 3 championnats de saison du RSEQ
  • Avenir du hockey professionnel

Parcours professionnel

Comme bien d'autres joueuses, Kim Deschênes prend son mal en patience. Il n'y a plus de ligue professionnelle au Canada. Donc, elle participe aux activités de l'Association professionnelle des joueuses de hockey féminin, connue sous l'acronyme anglais de PWHPA, avec des tournois hors-concours.

Je crois que c'était le meilleur temps pour faire ce geste-là, explique Deschênes, sur la fin de la LCHF. Oui, on le fait pour nous, on le fait aussi pour le futur.

La hockeyeuse partage son temps entre son sport et son emploi. Ces moments sont précieux pour elle, car elle peut jouer avec les joueuses de l'équipe nationale du Canada.

Et nous, ça nous permet de compétitionner avec ces femmes-là. On s'améliore de jour en jour. Pour nous, ce sont des modèles. Autant ce sont des modèles pour les petites filles, mais elles le sont aussi pour nous.

Kim Deschênes

Nouveau-Brunswick

Hockey féminin