•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : faible hausse des accusations pour facultés affaiblies un an plus tard

Un homme conduit, un « joint » à la main.

L’impact de la légalisation sur les arrestations a été mineur, selon les chiffres de la PPO.

Photo : iStock

Frédéric Pepin

Il y a un an, lors de la légalisation du cannabis au Canada, les autorités craignaient le pire. L’Association internationale des chefs de police soutenait même que les policiers formés pour reconnaître les conducteurs aux facultés affaiblies par la drogue n’étaient pas assez nombreux pour s’acquitter convenablement de cette tâche.

Les statistiques démontrent que l’impact aura été mineur en Ontario. Selon les chiffres de la Police provinciale de l’Ontario (PPO), il y a eu une hausse de 9 % des accusations liées à la conduite avec facultés affaiblies par l’alcool ou les drogues comparativement à l’an dernier.

La sergente devant trois drapeaux.

La sergente Cynthia Savard de la Police provinciale de l'Ontario

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Chaque personne qui meurt, que ce soit le conducteur ou le passager, ça demeure désolant et il faut prendre en considération qu’il y a les produits comestibles qui s’en viennent.

La sergente Cynthia Savard de la Police provinciale de l’Ontario

Selon la Police provinciale, en date du 1er août 2019, il y a eu 3698 accusations relativement à la conduite avec facultés affaiblies par l’alcool ou la drogue. Pour la même période l’an dernier, le nombre d’accusations était de 3401.

Plus à l’affût

Selon le criminologue Eugene Oscapella, les policiers sont plus à l’affût des automobilistes avec facultés affaiblies, mais la situation sur le terrain demeure la même qu’avant la légalisation de la marijuana.

Gros plan sur du cannabis et des clés de voiture.

Le criminologue Eugene Oscapella ne s'attendait pas à une hausse importante des automobilistes aux facultés affaiblies par la marijuana.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le taux de consommation en général parmi les Canadiens n’a pas augmenté de façon significative après la légalisation, explique M. Oscapella.

Il n’y avait aucune raison de penser que tout à coup il y aurait une croissance de la conduite avec facultés affaiblies par le cannabis.

Eugene Oscapella, criminologue

Mieux équipés

De son côté, la PPO dit déployer des efforts importants pour prévenir la conduite avec les facultés affaiblies.

Tous les nouveaux policiers sont maintenant formés pour effectuer le test de sobriété normalisé auprès d’un automobiliste soupçonné d’être sous l’influence d’alcool ou de drogue.

Avec ce simple test, les policiers sont capables de juger rapidement s'il y a eu consommation de drogue, ajoute la sergente Savard.

Par ailleurs, les policiers ont accès de plus d’équipement pour dépister la présence de stupéfiants dans le système des individus.

La Police provinciale a déployé 23 Dräger DrugTest 5000 dans des endroits stratégiques de la province.

L'appareil analyse la salive pour détecter des traces de THC ou de cocaïne.

Il avait fait l'objet de critiques pour sa fiabilité par temps froid.

Toronto

Cannabis