•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de refuge de l'Armée du Salut s'invite dans la campagne électorale

Des gens devant les locaux de l'Armée du Salut à Ottawa

Selon l’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance, l'achalandage dans les refuges d'Ottawa a augmenté de 5,2 % entre 2015 et 2016. (archives)

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Dans une lettre adressée aux candidats locaux des élections fédérales, le groupe SOS Vanier a rappelé son opposition au projet de refuge de l'Armée du Salut et réclame l'appui des candidats.

SOS Vanier comparaîtra en janvier devant le Tribunal d'appel de l'aménagement local pour contester la décision de la Ville d'Ottawa de permettre à l'Armée du Salut d'aménager un refuge dans ce quartier de l'est de la ville.

Le groupe assure ses arrières en cas de défaite. La lettre envoyée aux principaux candidats d'Ottawa-Vanier réclame un engagement à ce que votre gouvernement ne verse pas de financement pour la construction ou le fonctionnement d'un refuge au 333, chemin Montréal.

Mona Fortier, candidate libérale dans le comté dans Ottawa–Vanier, a abondé dans le sens de SOS Vanier, jugeant le projet de l'Armée du Salut peu efficace.

Personnellement, je ne pense pas que c'est un investissement qui vaudrait la peine, parce que ça n'aiderait pas nécessairement les gens de la communauté, juge la candidate sortante.

Notre dossier Élections Canada 2019

Pour sa part, le candidat conservateur Joël Bernard a lancé un avertissement au maire d'Ottawa, Jim Watson : La Ville va faire ce que la Ville veut faire, mais ne cherchez pas mon partenariat pour aller trouver des sous pour un plan qui très visiblement nuit à la communauté de Vanier.

Tandis que la candidate néo-démocrate Stéphanie Mercier préfère une stratégie de logements abordables partout au Canada au projet de l'Armée du Salut, la candidate du Parti vert, Oriana Ngabirano, soutient qu'il faut plutôt s'attaquer au problème de l'itinérance.

On a des solutions qui sont à court terme, d'urgence, qui sont en train de devenir des solutions à long terme. Donc, on a des preuves qui nous montrent que ce n'est pas ça qui va régler la situation des personnes sans-abris, qu'on a besoin de les mettre dans un logement pour une plus longue période, argumente Mme Ngabirano.

SOS VANIER tiendra un 5 à 7 informel jeudi pour échanger avec les différents candidats à son quartier général du chemin Montréal.

Avec les informations de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale