•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : rien n'est joué dans Sherbrooke

Deux pancartes sont superposées sur un poteau installé sur un terre-plein d'un boulevard où passent des voitures. Sur une des pancartes, on retrouve la photo d'un homme et sur l'autre, la photo d'une femme.

Le néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault devra batailler ferme pour conserver son siège dans la circonscription de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Mélissa Fauteux

Longtemps détenue par le Bloc québécois, la circonscription de Sherbrooke a été emportée par la vague orange en 2011. Huit ans plus tard, le néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault devra contrer la montée du Bloc afin d'obtenir un troisième mandat, estime la politologue Isabelle Lacroix.

Une tâche qui risque d'être difficile, ajoute la professeure à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke.

Est-ce qu'il y a une population ou des partisans forts du Bloc dans Sherbrooke? Je pense qu'ils sont toujours là ces gens-là et le regain que connaît le Bloc québécois dans les dernières semaines de campagne pourrait effectivement venir déloger le NPD, qui au niveau national, connaît une campagne beaucoup plus difficile que lors de la vague orange, explique Isabelle Lacroix.

Cette dernière admet que Pierre-Luc Dusseault a su résister lors de la dernière campagne électorale, mais dans ce cas-ci, elle croit que ce sera beaucoup plus difficile pour lui.

Une campagne de terrain

Rencontré aux abords du lac des Nations, le candidat du NPD ne semble pas se sentir menacé par qui que ce soit.

Sa campagne, il la fait sur le terrain en discutant avec les citoyens. Si certains lui avouent ne pas aimer que son chef porte le turban, d'autres le félicitent et lui rappellent qu'il est l'homme de la situation.

Je suis le seul candidat dans Sherbrooke qui a pris des engagements concrets. Je suis sûr que le travail que j'ai fait dans les dernières années démontrera aux citoyens que je suis la meilleure personne pour les représenter, croit Pierre-Luc Dusseault.

S'il admet qu'en huit ans les enjeux régionaux ont évolué, il compte s'y adapter.

En environnement, on veut réduire nos gaz à effets de serre et c'est pour ça que je me suis engagé avec le projet de train électrique Montréal-Sherbrooke. On veut aussi mieux protéger nos rivières et nos lacs. L'eau potable, ça aussi c'est un enjeu que j'entends chez les citoyens de Sherbrooke.

Pierre-Luc Dusseault, candidat du NPD dans Sherbrooke

Tout comme le NPD, le Parti vert fait du train électrique Montréal-Sherbrooke une de ses priorités.

Outre l'environnement, son candidat Mathieu Morin mise aussi sur les enjeux sociaux comme la pénurie de logements et l'aide aux étudiants.

On veut s'assurer que les gens aient accès à des logements abordables. Garantir un revenu minimum fait aussi partie de nos priorités, tout comme le soutien aux étudiants tant au niveau de la gratuité scolaire qu'au niveau psychologique.

Mathieu Morin, candidat du Parti vert dans Sherbrooke

Élisabeth Brière garde le cap

La lutte pourrait être plus ardue pour la libérale Élisabeth Brière. La dernière fois que son parti a été élu dans Sherbrooke remonte à 1980.

Si elle a fait peu d'annonces publiques, elle s'est toutefois présentée à quelques débats. Un dossier qu'elle met de l'avant : l'aéroport de Sherbrooke.

Je pense que pour Sherbrooke, c'est nécessaire. Je l'ai entendu, les gens me confirment qu'ils veulent un aéroport et tout est en place, parce que Marie-Claude Bibeau a fait beaucoup de travail dans ce dossier-là.

Un avis que ne partage pas le candidat du Parti conservateur.

Ça fait sept ou huit ans que personne ne s'est occupé de ce dossier, qu'on n'a pas trouvé les solutions qu'il devrait y avoir et moi je vous le dis : quand je vais être le prochain député, la première chose que je vais régler, c'est ça.

Dany Sévigny, candidat conservateur dans Sherbrooke

Le candidat du Bloc québécois veut quant à lui se faire le porte-parole des citoyens. Quels que soient les dossiers, il sera au rendez-vous pour autant que la population le demande.

Le travail d'un représentant, c'est d'appuyer la société civile et les associations diverses dans son milieu pour permettre que leurs dossiers cheminent et réussissent.

Claude Forgues, candidat du Bloc québécois dans Sherbrooke

Estrie

Politique fédérale