•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Célébrer la Fierté : les écoles publiques de Regina votent contre

Des dizaines de personnes massées dans une salle écoutent attentivement des débats qui semblent se dérouler hors cadre.

La salle de la Division scolaire des écoles publiques de Regina était bondée mardi soir. Au programme de la rencontre : que faire pour célébrer la Fierté dans les écoles publiques de la capitale saskatchewanaise? Cette question divise les esprits.

Photo : CBC

Radio-Canada

Une motion présentée à la Division scolaire des écoles publiques de Regina, mardi soir, voulant permettre aux écoles de célébrer la Fierté à leur guise a été rejetée par quatre voix contre trois.

La présidente de la division, Katherine Gagne, a eu du mal à se faire entendre dans la salle bruyante et chargée d’émotion, située dans les locaux de la 4e Avenue. Elle a déclaré que le refus de cette motion ne constituait pas une fin de non-recevoir, mais plutôt une occasion d’élargir la discussion.

La conseillère Tanya Foster, qui a voté contre la motion, a justifié son choix en affirmant que les lignes directrices étaient insuffisantes quant à la manière de célébrer la Fierté.

Des propos qui ont trouvé écho chez sa collègue Jane Ekong, qui a déclaré qu'il ne s’agissait pas de répondre oui ou non, et que des directives devraient être mises en place.

« La ligne est franchie »

La motion, présentée par la conseillère Aleana Young, était une réponse à des plaintes formulées par certains parents après que des établissements scolaires eurent célébré la Fierté en juin dernier. Ces plaintes l’ont grandement déçue, a-t-elle dit.

Une mère d'élève, Justine Taylor, avait manifesté son désaccord lorsque l'École Jack-Mackenzie, que fréquentent ses trois enfants, avait hissé un drapeau arc-en-ciel pour la semaine de la Fierté.

Nous savons que nos enfants vont avoir des idées et des informations différentes qui ne correspondent peut-être pas à nos convictions personnelles, et ce n’est pas grave. Cependant, lorsque les écoles passent de la présentation d’information objective à la promotion subjective des idées, c’est là que la ligne est franchie.

Aleana Young avoue ne pas partager l’opinion de Justine Taylor, mais elle l’a félicitée d'avoir exprimé ses inquiétudes. Je crois vraiment que la démocratie locale est importante. [...] En même temps, une division scolaire ne permet pas aux parents de choisir comment on enseigne les mathématiques, et pour moi [la Fierté] fait partie du programme scolaire, en plus d’être une partie importante des droits de l’homme.

Mme Young ajoute que, si la motion avait été acceptée, cela aurait permis de maintenir le statu quo et de permettre aux écoles de décider de leurs activités pour la Fierté, comme elles le font pour Noël, Halloween et d'autres célébrations.

Maintenant, la conseillère se demande comment ce rejet de motion va être perçu à l'interne et à l’externe. Je ne sais pas ce que notre division va faire. Il y a beaucoup de gens qui travaillent pour nous et de familles qui choisissent d’envoyer leurs enfants dans le système scolaire public qui vont être très déçus.

Aleana Young en entrevue avec Radio-Canada devant l'Assemblée législative.

Aleana Young est celle qui a présenté la motion (archives).

Photo : Radio-Canada

Saskatchewan

Éducation