•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois diplomates américains brièvement arrêtés dans le Grand Nord russe

Vue générale montrant la fumée s'élevant au-dessus du quai du chantier naval

Quai du chantier naval de Zvyozdochka dans la ville de Severodvinsk, au nord de la Russie

Photo : Reuters / Stringer Russia

Agence France-Presse

Trois diplomates américains ont été brièvement arrêtés lundi en Russie dans une ville fermée du Grand Nord, théâtre en août d'un accident à caractère nucléaire lié au test d'armements secrets, ont rapporté mercredi les agences russes.

Selon les agences TASS et Interfax, qui citent toutes deux une source anonyme « bien informée », les trois diplomates américains ont été arrêtés à la sortie du train à la gare de Severodvinsk, dans le Grand Nord russe.

Considérés comme n'ayant pas l'autorisation nécessaire pour avoir accès à cette ville fermée au public, ils se sont vu refuser l'entrée avant d'être relâchés.

Selon cette source, il s'agit de trois attachés, dont deux militaires, de l'ambassade américaine en Russie.

Certaines villes russes, en particulier celles qui sont impliquées dans les activités militaires et nucléaires, n'autorisent les visites d'étrangers que si ces derniers sont munis de permis spéciaux.

Les diplomates américains effectuaient un déplacement officiel et avaient informé dans les règles les autorités russes de leur voyage, a cependant déclaré un porte-parole du département d'État américain à l'Agence France-Presse (AFP).

Severodvinsk, ville de 180 000 habitants dont l'accès nécessite une autorisation spéciale, abrite les chantiers navals ayant construit la plupart des sous-marins soviétiques.

Elle est également située à une trentaine de kilomètres de la base militaire où s'est produite, le 8 août, une explosion à caractère nucléaire. Les autorités russes ont reconnu après plusieurs jours qu'elle était liée aux tests de « nouveaux armements ».

Cinq spécialistes de l'agence nucléaire russe Rosatom ont été tués dans l'accident, qui pourrait être lié, selon des experts, aux tests du missile de croisière Bourevestnik, l'une des nouvelles armes « invincibles » vantées par le président Vladimir Poutine.

Les autorités russes avaient d'abord nié toute contamination radioactive, avant de reconnaître quelques jours plus tard une brève hausse de la radioactivité dans la région à hauteur de 16 fois le taux normal, tout en assurant qu'il n'y avait aucun danger pour la population.

Politique internationale

International