•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections 2019 : la course pour la région du Grand Moncton plus serrée que prévu

Pancartes électorales à l'entrée d'un pont sur lequel circulent des voitures.

En 2015, la candidate libérale sortante Ginette Petitpas Taylor a été élue avec 57,5 % des voix dans Moncton-Riverview-Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Marielle Guimond

Aux dernières élections fédérales, la ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, l’avait emporté avec près de 60 % des voix dans la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe. Quatre ans plus tard, un tel appui est remis en question.

Les libéraux dominent dans la région, et ce, depuis des décennies, à l'exception des élections de 2011, où les conservateurs avaient réussi à faire élire un candidat.

Élue pour une première fois en 2015, Ginette Petitpas Taylor brigue un deuxième mandat.

Ginette Petitpas Taylor écoute une conférence lorsqu'elle était encore en fonction de ministre de la Santé fédérale.

La ministre sortante de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, se présente pour un deuxième mandat dans la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Ç'a été un énorme plaisir, l'honneur de ma vie de représenter les citoyens de la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe, fait-elle savoir. Je suis une femme du peuple et je vais continuer de travailler d'arrache-pied pour m'assurer que les besoins des gens de la communauté vont être rencontrés.

Si près de deux électeurs sur trois avaient voté pour elle en 2015, il est difficile de prédire si l’exploit sera renouvelé ou non en 2019. Certes, les dernières projections lui accordent la victoire, mais avec environ 37,4 % des voix.

Cette baisse significative profite à ses principales rivales, Sylvie Godin-Charest du Parti conservateur et Claire Kelly du Parti vert.

Pourquoi? Un certain dilemme explique en partie la situation.

Croissance économique et conscience environnementale

Il y a d’un côté, les préoccupations économiques et de l'autre, les préoccupations environnementales.

Ces deux enjeux touchent plusieurs électeurs de la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe, l’un des berceaux de l’économie du Nouveau-Brunswick.

Ken Biddigton est l’un d’eux. Il souhaite une transition énergétique, mais sans que l’économie en souffre. Il faut qu'on ait un bon plan. Qui a le meilleur plan? Je ne sais pas, honnêtement...

une homme dans la quarantaine répond aux questions d'une journaliste dans un centre-ville

Ken Biddington est un électeur dans la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe.

Photo : Radio-Canada

Le résident de Moncton appuie la proposition conservatrice de la création d’un corridor énergétique permettant d’acheminer le pétrole albertain aux Maritimes.

Pourquoi on achète notre huile d'un autre pays qui ne supporte pas les droits humains? Comme l'Arabie saoudite. Pourquoi les supporte-t-on, nous, alors qu’on a quelque chose à l'interne?

Il ne croit pas non plus que l’imposition de la taxe carbone soit une solution efficace pour assurer la transition énergétique.

Cette rhétorique s’accorde avec celle de la candidate conservatrice, Sylvie Godin-Charest : On veut rendre la vie plus abordable en réduisant les impôts et en abolissant la taxe carbone. Cette taxe ne fait rien présentement pour l’environnement. Elle rend la vie plus dispendieuse aux citoyens.

dame cheveux bruns et chandail bleu devant une carte de circonscription affichée au mur

Sylvie Godin-Charest est candidate pour le Parti conservateur dans la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe.

Photo : La Presse canadienne / Marielle Guimond

Des positions aux antipodes de celles de la candidate du Parti vert, Claire Kelly : On doit prendre action, on doit désinvestir dans les énergies fossiles et on doit investir dans les projets renouvelables.

une dame dans la trentaine avec des lunettes porte un chandail vert

Claire Kelly est candidate pour le Parti vert dans la circonscription Moncton-Riverview-Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Ce discours interpelle bien des électeurs de Moncton-Dieppe-Riverview, spécialement les jeunes électeurs.

Tommy Desrosiers, étudiant à l’Université de Moncton, hésitait. Je sais qu’elle a fait une bonne job, mais son parti et Trudeau... Est-ce que c’est vraiment ça que je veux?

C’est par conviction qu’il a décidé d’opter pour le Parti vert et non pour le Parti libéral, malgré son affection assumée pour Ginette Petitpas Taylor. Est-ce que ce qu'ils proposent est faisable? Je suis quand même prêt à prendre le risque.

En 2015, les libéraux avaient raflé toutes les provinces atlantiques en remportant ses 32 sièges. En 2019, les analystes prévoient que ce score parfait ne sera pas atteint. Par contre, si quelques circonscriptions risquent de glisser des mains des libéraux, celle de Moncton-Riverview-Dieppe est encore considérée comme une victoire assurée.

Nouveau-Brunswick

Politique fédérale