•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retards dans les travaux : pas de voitures sur les traversiers d'ici novembre

Traversier au quai de Québec.

Le traversier Alphonse-Desjardins au quai de Québec

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Tremblay

Alexandra Duval

Les travaux effectués sur les rampes d'accès pour les traversiers de Québec et de Lévis seront prolongés de deux semaines, a appris Radio-Canada.

La modernisation du système de levage a commencé le 19 septembre et devait se terminer le dimanche 20 octobre. Ces travaux seront toutefois prolongés jusqu'au 4 novembre au minimum, si tout va bien, indique la Société des traversiers du Québec (STQ).

Les 1 400 automobilistes qui traversent chaque jour le fleuve à bord du traversier devront donc prendre leur mal en patience deux semaines de plus.

Depuis plus d'un mois, seuls les piétons et les cyclistes peuvent monter à bord des traversiers. Les voitures n'ont plus accès en raison du remplacement du système de poulie.

Le retard est causé par la dégradation du métal en dessous des passerelles pour piétons, qui se situent au-dessus de la rampe pour les automobilistes. Ces travaux n'étaient pas prévus initialement.

En posant le nouveau système de levage, en ayant accès à des endroits qu'on ne voyait pas avant de commencer les travaux, on s'est rendu compte qu'il y avait des sections qu'on devait remplacer, mentionne le porte-parole de la STQ Alexandre Lavoie.

Les ingénieurs ont fait cette découverte la semaine dernière.

Les travaux couteront de 250 000 à 300 000 dollars, selon la STQ. Ces couts s'ajoutent au 7,5 millions de dollars initialement prévue pour le chantier.

Un autre problème à Lévis

Un autre imprévu est également survenu au cours des derniers jours à la gare fluviale de Lévis. Le béton du plancher de la passerelle d'embarquement pour piétons se dégrade rapidement.

La STQ va refaire le plancher de la rampe d'accès piétonne, pourtant construite en 2015.

On va regarder pourquoi; il y a des analyses qui sont en cours pour savoir pourquoi le béton s'est détérioré aussi rapidement, et on va s'assurer que le béton qu'on va mettre va durer plus longtemps, affirme le porte-parole.

Québec

Transport en commun