•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat électoral du Pontiac : le libéral critiqué sur la relance de l’économie régionale

Les disparités dans la circonscription constituent un enjeu de taille, les besoins économiques étant différents à Gatineau, dans les Collines-de-l’Outaouais et dans la Vallée-de-la-Gatineau.

Les candidats sont assis devant des micros autour de la table, en compagnie de l'animateur Philippe Marcoux.

Le débat a réunion en studio (de g. à dr.) : Jonathan Carreiro-Benoit, Bloc québécois; Mario Belec, Parti populaire du Canada; Claude Bertrand, Parti vert du Canada; Dave Blackburn, Parti conservateur; William Amos, député sortant, Parti libéral et Denise Giroux, NPD

Photo : Radio-Canada

Emmanuelle de Mer

Les six candidats dans la circonscription de Pontiac ont discuté mercredi d’économie et de relations avec les communautés autochtones au dernier débat électoral de l’émission Les matins d’ici. D’entrée de jeu, le député libéral sortant, William Amos, a choisi de vanter le bilan économique du gouvernement Trudeau dans la grande région d’Ottawa plutôt que de souligner ses réalisations dans le Pontiac.

Le candidat conservateur Dave Blackburn a saisi la balle au bond, lançant que M. Amos avait battu [son] record en faisant référence trois fois au gouvernement Harper dans l’espace de 10 minutes. Je vous félicite pour ça.

M. Blackburn est ensuite passé en mode attaque, soutenant que des emplois dans la fonction publique dans le Pontiac, vous n’en avez amenés absolument aucun, qualifiant le bilan économique de William Amos de médiocre.

Les conservateurs s’engagent notamment à augmenter le nombre d’emplois fédéraux dans la région, à développer des formations adaptées aux besoins et à s’ouvrir au libre-échange interprovincial.

La circonscription particulièrement vaste du Pontiac connaît différentes réalités économiques. Le candidat du Parti vert du Canada (PVC), Claude Bertrand, a résumé la situation en disant que le sud-est va assez bien, la fonction publique y étant présente.

Le problème, c’est le rural. C’est là qu’on a besoin de redémarrer. Il va falloir des fonds provinciaux, municipaux, fédéraux.

Claude Bertrand, Parti vert du Canada, Pontiac

D’accord avec cette position, le candidat bloquiste Jonathan Carreiro-Benoit a proposé que ces fonds soient obtenus en mettant fin notamment aux subventions pétrolières. Mario Bélec, du Parti populaire du Canada (PPC) a renchéri qu’il fallait aussi annuler les subventions aux grandes entreprises.

L'accès à Internet haute vitesse

De son côté, le Nouveau parti démocratique (NPD) souhaite baisser le coût de la vie dans le Pontiac dû, selon la candidate Denise Giroux, à la négligence du gouvernement [libéral] en matière de logement, de soins de santé et d’emplois.

Le fiasco Phénix a eu un impact immense sur la classe moyenne dans le Pontiac.

Denise Giroux, Nouveau parti démocratique, Pontiac

Le NPD mise particulièrement sur l’accès à Internet à haute vitesse dans les petites municipalités. William Amos a répliqué que 4200 foyers dans 29 collectivités rurales au pays auront Internet haute vitesse d’ici 2020-2021.

C’est le plus grand investissement dans l’histoire du Canada dans notre région, a-t-il soutenu – sans toutefois préciser combien de foyers ont obtenu ou obtiendront un tel accès dans le Pontiac.

Il y aura d’autres projets qu’on va amener en collaboration avec nos municipalités, a ajouté William Amos. C’est trop peu!, a conclu Mme Giroux.

L’eau potable dans les communautés autochtones

L’accès à l’eau potable dans les communautés autochtones est revenu au premier plan. Denise Giroux du NPD a rappelé que les résidents de Kitigan Zibi doivent se contenter de l’eau embouteillée. Son parti s’engage à faire lever définitivement tous les avis concernant la qualité de l’eau potable d’ici 2021, a-t-elle noté.

William Amos a rappelé que son gouvernement avait investi près de 2 milliards pour améliorer les systèmes d’eau potable dans les communautés autochtones, ce qui a permis de supprimer 87 avis. Le Parti libéral s’engage à éliminer tous ces problèmes d’ici 2020-2021

M. Amos a par ailleurs critiqué ses opposants pour ne pas avoir commenté la signature d’un traité plus tôt cette année avec la communauté de Kitigan Zibi.

C’est significatif. [...] C’est parce qu’ils ne sont pas prêts à admettre qu’on fait la bonne chose.

William Amos, Parti libéral du Canada, Pontiac

Cet accord prévoit 116 millions de dollars en compensation du territoire soustrait à la réserve entre 1873 et 1917. Selon M. Amos, cette entente historique permettra de négocier d’autres accommodements.

Le conservateur Dave Blackburn a répliqué qu’ils sont tous d’accord avec ce traité. Il a toutefois demandé au député libéral sortant ce que son parti avait fait pour stimuler l’économie des communautés autochtones, particulièrement à Lac-Rapide et à Kitigan Zibi.

Ce que j’ai vu dans les dernières années, c’est que votre gouvernement [...] a créé d’innombrables obstacles au développement économique des collectivités autochtones.

Dave Blackburn, Parti conservateur du Canada, Pontiac

Une question à laquelle William Amos n’a pas répondu.

Notre dossier Élections Canada 2019

Réformer la Loi sur les Indiens

De leur côté, le Parti vert, le Bloc québécois et le Parti populaire du Canada comptent réviser, remplacer ou abolir la Loi sur les Indiens. Il s’agit d’une loi paternaliste, selon Mario Belec du PPC.

La Loi sur les Indiens maintient les Autochtones dans une situation de dépendance et permet au gouvernement fédéral de contrôler plusieurs aspects de leur vie.

Mario Belec, Parti populaire du Canada, Pontiac

Pour le candidat vert Claude Bertrand, il est essentiel que ce soit les peuples autochtones qui dictent l’échéancier de cette révision. C’est eux qui vont diriger comment le faire, a-t-il soutenu.

Le candidat bloquiste va plus loin en demandant une réforme constitutionnelle.

Ce n’est pas normal d’avoir un tiers état dans un pays aussi industrialisé et riche que le Canada.

Jonathan Carreiro-Benoit, Bloc québécois

Il faut, selon M. Carreiro-Benoit, investir dans les communautés en fonction de leurs besoins respectifs, par exemple en ce qui concerne l’eau potable et l’électricité.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale