•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UQAR aura une station de recherche dans le parc national de la Gaspésie

Sous un ciel nuageux, des randonneurs marchent dans un sentier du mont Olivine.

Le mont Olivine, dans le parc national de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Radio-Canada

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) installera une station de recherche montagnarde et alpine dans le parc national de la Gaspésie pour étudier l’impact des changements climatiques sur la biodiversité, la géomorphologie et les risques en montagne.

La création de cette station va améliorer les conditions de recherche pour étudier la réponse et la résilience de la faune, de la flore, des environnements fluviaux montagnards et des habitats alpins dans un contexte de changements climatiques, indique le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet.

Selon le responsable du projet et spécialiste en écologie animale, Martin-Hugues St-Laurent, l'ouverture de la station permettra aussi le déploiement d'équipements en montagne comme des caméras pour observer les mouvements de la faune et l'évolution de la flore. Six stations météorologiques seront également installées afin d'observer plus précisément les conditions du temps.

Des stations météo en montagne, à différentes altitudes, exposées sur différentes faces de montagne qui monitorent en temps réels énormément de variables attachées au climat, aux précipitations, au vent, à la radiation, il n'y en a pas beaucoup, constate le professeur.

Et là, nous, on va en déployer plusieurs dans l'écosystème montagnard gaspésien, des sommets jusqu'aux vallées, pour être en mesure de bien comprendre toutes sortes de variables qui ont une importance dans plusieurs processus biologiques ou géomorphologiques par exemple, ajoute-t-il.

Une attention particulière sera accordée au caribou de la Gaspésie, une espèce en voie d’extinction.

On voit un caribou mâle, de profil, avancer sur un sol rocheux, en hiver.

Le caribou de la Gaspésie est le dernier troupeau au sud du Saint-Laurent

Photo : SEPAQ/Denis Desjardins

C'est une espèce considérée en voie d'extinction selon la loi, donc le plus haut statut de précarité avant l'extinction locale. Cette population vit, témoigne de tous les changements d'occupation des terres et , peut-être, du changement du climat qui ont eu cours au cours des dernières décennies, du dernier siècle, indique-t-il.

Avec cette station de recherche, l'UQAR espère attirer des chercheurs étrangers pour étudier l'environnement du parc.

Aménagée au sous-sol du centre de découverte et de services du parc de la Gaspésie, la station sera fonctionnelle à compter du printemps 2020.

Il s’agit d’un projet de 300 000 $, financé en bonne partie par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et le gouvernement du Québec.

Avec les informations de Denis Leduc

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Changements climatiques