•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arsenic : le ministre de l'Environnement demande un plan d'action à la Fonderie Horne

Benoit Charette en entrevue dans nos studios de Rouyn-Noranda.

Le ministre de l'Environnement Benoit Charette a accordé une entrevue à Radio-Canada au sujet de l'arsenic en septembre.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Québec demande à la fonderie Horne de Rouyn-Noranda de présenter des mesures pour réduire rapidement ses émissions de contaminants, dont l’arsenic.

Radio-Canada a obtenu copie de la lettre envoyée par le ministre de l'Environnement Benoit Charette au directeur de la Fonderie Horne.

Monsieur Charrette demande à l'entreprise de lui revenir d'ici le 15 décembre avec une proposition de plan d'action pour en venir à une réduction des émissions d'arsenic dans l'air.

Dans cette lettre, le ministre Charette exige des actions «qu’il soit possible de réaliser à court terme», mais ne précise pas de cible de réduction, ce qui déçoit le comité Arrêt des rejets et émissions toxiques (ARET).

Il ne faut pas inciter, il faut exiger! Dans l’attestation d’assainissement, il y a des exigences pour le soufre, alors que pour l’arsenic, le gouvernement ne demande que des plans depuis plusieurs années. Pour l’arsenic, le ministère de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques a une norme de 3 ng/m3 et il faut que le ministre Charrette l’exige, et qu‘il précise cette cible de 3 ng/m3 à la fonderie, a indiqué la porte-parole du comité Valérie Fournier par voie de communiqué.

La mairesse de Rouyn-Noranda Diane Dallaire confirme avoir rencontré le ministre Charrette à ce sujet, hier à Québec.

C'est une action concrète et on accueille ça favorablement cette nouvelle-là d'une demande de plan d'action. C'est une action concrète pour la santé de nos citoyens, a t-elle commenté à l'émission Des matins en or.

Le 27 septembre dernier, la Direction de la santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue dévoilait ses conclusions finales sur l’étude de biosurveillance du quartier Notre-Dame à Rouyn-Noranda. L’organisme réclamait alors des actions immédiates en raison des risques pour la santé de la population.

François Legault prend la parole durant la période des questions à l'Assemblée nationale.

Le premier ministre François Legault a répondu aux questions des députées de Québec solidaire concernant le dossier de l'arsenic à Rouyn-Noranda.

Photo : Assemblée nationale

Le premier ministre François Legault a dit la semaine dernière à l'Assemblée nationale que les risques sont minimes pour la santé au sujet de émissions de contaminants.

Quant au ministre Charette, il avait annoncé que des actions qui seront posées au cours des prochains jours auprès de l’entreprise et auprès des intervenants. Voir comment améliorer la situation.

Radio-Canada tente d'obtenir la réaction du ministre depuis le dévoilement de l'étude de biosurveillance, sans succès.

La Fonderie Horne a décliné notre demande d'entrevue, tout en spécifiant qu'elle collabore avec l’ensemble des parties prenantes dans ce dossier et entend continuer à le faire dans le but de trouver des solutions qui permettront une exploitation durable de l’entreprise, dans le respect de nos voisins, de nos employés et de l’environnement.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale