•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Audiences sur la mort de Michel Vienneau : les policiers impliqués congédient leurs avocats

Les policiers Mathieu Boudreau (à gauche) et Patrick Bulger écoutent les délibérations aux audiences d'arbitrage à Bathurst.

Les policiers Mathieu Boudreau (à gauche) et Patrick Bulger, aux audiences d'arbitrage qui détermineront leur sort.

Photo : CBC

Radio-Canada

Une séance d’arbitrage s’est ouverte, mercredi matin, à Bathurst, sur le sort des deux policiers de la force policière de Bathurst impliqués dans la mort de l’homme d’affaires Michel Vienneau, en janvier 2015. D'entrée de jeu, les avocats des policiers Patrick Bulger et Mathieu Boudreau ont annoncé avoir été congédiés par leurs clients.

Le policier Boudreau a expliqué avoir récemment appris que l'Association des policiers du Nouveau-Brunswick était prête à fournir un avocat à son collègue et lui. Ils ont donc congédié leurs avocats T.J. Burke et Brian Monroe, et ont choisi d'assurer leur propre défense en attendant.

Mathieu Boudreau a ensuite demandé l'ajournement des audiences parce qu'il dit ne pas avoir reçu toute la preuve qui lui permettrait de se défendre adéquatement. Une décision à ce sujet n'a pas encore été rendue.

Un enquêteur indépendant a recommandé le congédiement des policiers Bulger et Boudreau.

Ils ont atteint mortellement par balles Michel Vienneau le 12 janvier 2015, dans le stationnement de la gare de Bathurst. Ils soupçonnaient à tort l’homme de 51 ans, de Tracadie, d’être un trafiquant de drogues.

Ils ont tiré lorsque Michel Vienneau a pris peur, en les voyant, et a foncé vers l’un d’entre eux avec sa voiture.

Photo de famille de Michel Vienneau souriant vêtu d'un complet avec cravate

Michel Vienneau a été abattu lors d'une opération policière à la gare de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, en janvier 2015.

Photo : Famille Vienneau

Ils avaient d’abord été accusés d’homicide involontaire et d’agression armée, des accusations abandonnées au terme d’une enquête préliminaire. Les deux policiers avaient été suspendus avec salaire lorsque les accusations avaient été déposées et ont pu reprendre leur poste, en février 2017, lorsqu'elles ont été abandonnées.

Les procédures se sont toutefois poursuivies : une enquête indépendante en déontologie sur la conduite des policiers a été ouverte et elle a débouché sur la recommandation de les congédier.

La voiture de la victime près de la gare est recouverte d'une toile bleue.

Les policiers ont tenté d'intercepter Michel Vienneau à sa sortie de la gare de VIA Rail, croyant avoir affaire à un trafiquant de drogue, sur la foi d'une dénonciation anonyme. Surpris, celui-ci a foncé sur eux avec sa voiture et a été abattu.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

L'enquête a déterminé que les policiers avaient tous deux violé cinq articles de la Loi sur la police du Nouveau-Brunswick. Ils n'ont pas manipulé et utilisé leurs armes à feu selon les règles, ont abusé de leur autorité, ont manqué à leur devoir et ont eu une conduite répréhensible.

Les audiences d’arbitrage doivent déterminer si la recommandation de l'enquêteur externe sera suivie. Huit jours d’audiences sont prévus. Elles seront présidées par l’arbitre Joël Michaud, dont la décision devra être respectée, à moins qu'elle ne soit annulée plus tard par un tribunal.

Les audiences devaient avoir lieu en mars dernier, mais elles ont été reportées à la demande du syndicat représentant les policiers.

Avec les renseignements de Serge Bouchard

Nouveau-Brunswick

Forces de l'ordre