•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fort St. John a toujours un règlement municipal pour se préparer au bogue de l'an 2000

Illustration d'atomes groupés avec au bas le titre « L'AN 2000 ».

Dans les années 90, de nombreuse personnes craignaient qu'un bogue ne touche les ordinateurs du monde entier en 2000.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Près de 20 ans après avoir entamé le troisième millénaire, la Ville de Fort St. John, en Colombie-Britannique, envisage d’abroger un règlement municipal dépassé sur le passage informatique à l'an 2000.

Celui-ci est passé à travers les mailles du filet.

Ryan Harvey , porte-parole de Fort St. John

Tout en expliquant que la Ville vérifie régulièrement la conformité de ses politiques en vigueur, Ryan Harvey tient à rappeler ceci : De toute évidence, à l'époque, [ce règlement] avait un sens compte tenu de ce qui était prévu.

Le règlement toujours existant stipule que les membres de tous les départements de la Ville doivent coordonner leurs efforts pour mettre au point un plan et minimiser la dégradation des services lors du passage informatique à l'an 2000.

À cette époque, l'éventualité de voir tomber à plat des systèmes informatiques à l'échelle mondiale faisait craindre le pire.

De nombreuses sociétés ont dépensé d’importantes sommes d’argent pour mettre à jour leurs systèmes informatiques et des municipalités comme Fort St- John ont adopté des réglementations pour prévenir les dégâts.

La directrice des services législatifs et administratifs de Fort St. John, Bonnie McCue, admet que cette politique n'est plus pertinente .

Le bogue de l'an 2000

Le passage informatique à l'an 2000 (couramment appelé bug de l'an 2000) a suscité de sérieuses inquiétudes à cause de problèmes de conception et donc de programmation portant sur le format de la date dans les mémoires des ordinateurs et, par conséquent, dans les matériels informatiques, ainsi que dans les logiciels. Dans de nombreux programmes et beaucoup de bases de données, il manquait les deux chiffres 19 correspondant au siècle, de sorte qu'au passage de 99 à 100, en réalité 00, de nombreux dysfonctionnements devaient se produire dans ces traitements informatiques, 00 correspondant à l'année 1900 au lieu de 2000. Somme toute, un certain nombre d'ordinateurs n'étaient pas programmés pour passer à l'an 2000 et ils affichaient donc 1900 à la place de l'année en cours.

Contrairement à ce que laisse entendre l'appellation commune de « bug de l'an 2000 », le problème de l'an 2000 n'était pas à proprement parler un bogue, comme l'ont bien souligné des experts américains, mais une erreur de conception systémique. Cette erreur a nécessité dans bien des cas de revoir en profondeur l'architecture des systèmes d'information selon une approche systémique, en particulier lorsque certains composants critiques du système d'information ne pouvaient pas être réparés parce qu'ils étaient trop anciens et n'étaient plus maintenus. Il a donc souvent fallu remplacer complètement des systèmes d'information, généralement spécifiques, par des progiciels du marché compatibles avec l'an 2000. Les systèmes plus récents ont pu être réparés par conversion.

Finalement, aucun problème critique ne s'est produit. Cependant, des sommes considérables, se chiffrant en centaines de milliards de dollars dans le monde, ont dû être dépensées pour prévenir tout incident lors du passage à la nouvelle année.

Source : Wikipédia

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale