•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intense activité diplomatique au Moyen-Orient

Des soldats turcs debout sur des chars.

Les frappes turques contre les Kurdes en Syrie sont au coeur de bien des discussions diplomatiques.

Photo : Reuters / Murad Sezer

Radio-Canada

Pendant que la guerre sévit dans le nord-est de la Syrie, un incessant ballet diplomatique a lieu dans la région.

Le premier ministre pakistanais, qui a passé la fin de semaine en Iran dans une mission de médiation entre Téhéran et Riyad, s’est rendu mardi en Arabie saoudite pour poursuivre les discussions en vue d’une désescalade entre les deux pays.

La rivalité entre les deux pays a atteint un cran supplémentaire après l'attaque de rebelles houthis des installations pétrolières saoudiennes en septembre.

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine a fait une visite d'État lundi en Arabie saoudite pour rencontrer le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz. Aucun président russe ne s’était rendu dans ce pays en 12 ans.

Plusieurs accords commerciaux entre les deux pays ont été signés, mais il a aussi été question dans les discussions de la vente des batteries de missiles S-400 à Riyad.

Des discussions entre les deux dirigeants ont eu lieu sur la situation en Syrie, au Yémen et en Libye ainsi que les tensions dans le golfe Persique.

M. Poutine s’est rendu mardi aux Émirats arabes unis, pays allié de l’Arabie saoudite dans la guerre contre le Yémen. Là aussi, les discussions entre les deux dirigeants portaient sur la coopération économique et commerciale, mais les conflits en Syrie, en Libye et au Yémen ont également été abordés, selon le conseiller de M. Poutine.

Le Kremlin a annoncé mardi que le président de la Turquie se rendra à Moscou dans les jours à venir à la suite de l’invitation du président Poutine par téléphone à son homologue turc.

Le Kremlin a précisé que les deux dirigeants appuyaient une solution politique en Syrie. Une commission constitutionnelle composée des différentes parties syriennes doit se réunir en octobre à Genève.

La Russie a, par ailleurs, souligné qu'elle ne permettrait pas des combats entre les armées turque et syrienne. Ils ne sont dans l'intérêt de personne et seraient inacceptables , a déclaré l'émissaire russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev.

Sur le terrain, des troupes russes patrouillent dans la région de Manbij, ville sous contrôle syrien, afin d’éviter des heurts entre les armées syrienne et turque.

Enfin, le vice-président américain Mike Pence se rendra en Turquie mercredi pour négocier un cessez-le-feu après l’offensive turque au nord-est de la Syrie.

Avec les informations de Al Jazeera, Al Mayadeen, et AFP

Relations internationales

International