•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones, des peuples toujours incompris au Canada, d'après un sondage

La sculpture « Unis dans la célébration », se trouve à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Une étude pancanadienne révèle que les Canadiens ne comprennent pas toujours les droits et les défis des peuples autochtones à travers le pays.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Noémie Moukanda

Que ce soit en Colombie-Britannique ou ailleurs au Canada, peu comprennent la réalité des Premières Nations, des Inuit et des Métis, selon un sondage qui analyse les relations entre les Autochtones, mais aussi avec les autres Canadiens.

Ils ont été 5732, dont 645 Autochtones, des quatre coins du pays à participer au sondage réalisé par l’Institut Environics en partenariat avec cinq autres groupes de recherche. Les auteurs ont sondé, en ligne et par téléphone, les répondants sur l’identité canadienne, y compris l'identité autochtone. 

Informer sur la réconciliation

Toutefois, quand on évoque cette identité, les questions portent naturellement aussi sur la réconciliation. Est-ce qu’on s’implique là-dedans? Est-ce qu’on soutient les politiques qui pourraient faire avancer la réconciliation? Connaît-on le contexte historique? Autant d'interrogations soulevées dans cette étude pancanadienne intitulée « Vers la réconciliation : perspectives autochtones et non-autochtones ».

L'objectif premier de l’étude, dit le directeur général de l'institut Environics, Andrew Parkin, est sans doute de mesurer les progrès faits vers la réconciliation, ce qui reste à accomplir et ce qu’on comprend mieux ou moins.

Pour moi, la réconciliation, ce n’est pas un moment. C’est un très grand voyage.

Andrew Parkin, directeur général, Institut Environics

Fait important, la plupart des Canadiens reconnaissent aujourd’hui qu’ils ont tous, comme individuellement, un rôle à jouer pour que le processus de réconciliation avance. Cette responsabilité n’incombe donc plus uniquement aux hommes et aux femmes politiques de ce pays.

Par ailleurs, cette question ne crée pas un clivage entre les personnes sondées autochtones et non autochtones, se réjouit Andrew Parkin. Le fait de ne pas être d’accord avec une telle politique vient, selon lui, du fait qu’une partie de la population n'est pas certaine et préfère ne pas prendre position et être mieux informée.

Des peuples lésés?

Les Canadiens sont par contre divisés quant à la définition des peuples autochtones. Certains les définissent comme un groupe avec des droits distincts et des lois uniques alors que 48 % les voient comme un groupe parmi tant d’autres dans notre société multiculturelle.

Si la plupart des Canadiens veulent faire partie de la solution pour une réconciliation, affirme le coauteur de l’étude, cela ne veut pas pour autant dire qu’ils en acceptent toute la responsabilité. À la question de l’inégalité qui existe entre eux et les Autochtones, ils n’ont pas une réponse tranchée et remettent cette responsabilité sur le dos de tout le monde. Une réponse facile, estime Andrew Parkin. 

Cependant, une affirmation qui peut paraître plus choquante, selon lui, est que pour un tiers des répondants, les Autochtones ne peuvent en vouloir qu’à eux-mêmes s’ils ne sont pas considérés comme égaux aux autres Canadiens. 

Bien que tout ne soit pas positif, M. Parkin préfère voir le verre à moitié rempli qu’à moitié vide.

Ce qui me rend un peu plus optimiste, c’est qu’il y a une reconnaissance du besoin d’agir. On ne ferme pas les yeux.

Andrew Parkin, directeur général, Institut Environics

Une très grande majorité des Canadiens comprennent qu’il y a un grand écart dans le standard de vie des communautés autochtones par rapport aux autres Canadiens et soutiennent des politiques qui pourraient réduire cet écart, souligne-t-il par ailleurs. Cela passe notamment par la nécessité d'investir dans l’éducation, dans le logement et dans l’accès à l’eau potable, encore problématique dans plusieurs communautés des Premières Nations, déplore M. Parkin.

Une sculpture autochtone en pierre.

Les peuples autochtones affirment que leur identité est très importante, l'attachement étant encore plus prononcé pour les Premières Nations (57 %).

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Une identité canadienne?

Le rapport met en évidence les différences et les similitudes identitaires des peuples autochtones et non autochtones. Trois Autochtones sur quatre se sentent aussi bien Canadiens. 

Andrew Parkin explique que, d’un côté, la forte identité des Autochtones les rend différents parce que ces peuples trouvent que leur communauté ou leur nation autochtone est un aspect très important de leur identité personnelle. Mais, de l’autre côté, ajoute-t-il, cette appartenance, multiple, est similaire à celle des non-Autochtones, car ces derniers possèdent plusieurs identités, en raison de leur langue et de leur origine ethnique, par exemple.

On ne voit pas une opposition entre une identité comme Canadien et une identité comme Autochtone.

Andrew Parkin, directeur général de l'Institut Environics

Les ressources naturelles divisent les opinions

Pour le directeur général de l'Institut Environics, les conflits apparaissent souvent lorsque la question du développement des ressources naturelles est abordée. C’est d’ailleurs ce sujet qui divise davantage les Canadiens.

Il observe que la santé économique d’une province ou d’un territoire facilite les relations avec les Autochtones, par exemple au Québec. Il note que ces rapports sont plus tendusen Alberta et en Saskatchewan où il y a une crise économique. De plus, le Québec est plus enclin au partage des ressources et des terres, car la province a signé des ententes avec les peuples autochtones, en particulier avec les Cris.

Les conclusions de cette étude se veulent encourageantes. Andrew Parkin affirme que des progrès ont été faits il y a une vingtaine d’années. Toutefois, plusieurs faits marquants, dont la question des droits des peuples autochtones, donnent une indication de l'endroit où il faut redoubler d'efforts pour une meilleure compréhension de leur réalité.

Autochtones

Société