•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier mois du train léger d'Ottawa marqué par des problèmes techniques

Le train léger d'Ottawa dans une station.

Le premier mois du train léger a été marqué par plusieurs problèmes techniques.

Photo : Ville d'Ottawa

Radio-Canada

Le train léger d'Ottawa transporte des milliers d'usagers du réseau de transport en commun de la capitale nationale depuis un peu plus d'un mois, une période marquée par des difficultés techniques à répétition.

La Ville d'Ottawa se dit consciente qu'elle doit mieux faire pour regagner la confiance des usagers du train léger et compte sur les modifications apportées jeudi dernier pour corriger les problèmes.

L'entité municipale espère que les trains immobilisés à cause de portes forcées par des usagers seront bientôt un lointain souvenir. Elle ne veut pas réprimander les passagers et mise plutôt sur la sensibilisation.

Libérez les portes pour laisser les gens descendre et ne brusquez pas les portes quand elles ferment pour que le système puisse continuer à fonctionner, demande Jean Cloutier, vice-président de la Commission du transport en commun.

Par ailleurs, le groupe Usagers du transport en commun d'Ottawa estime que les retards et les annulations de service des autobus qui effectuent la navette entre le train et les quartiers résidentiels se font trop fréquents.

Il y a plusieurs routes d'autobus qui ont été coupées, donc à ce moment-là, il y a plusieurs services qui ont été modifiés qui ont de nouveaux [horaires], dénonce Anne-Marie Roy, une militante pour un meilleur transport en commun à Ottawa.

Rappelons qu'OC Transpo a retiré une centaine d'autobus du centre-ville qui effectuaient des trajets entre les stations Tunney's Pasture et Blair, le 7 octobre, obligeant ainsi les usagers du transport en commun à faire la transition vers le train léger.

Selon Mme Roy, la solution passe par une réorientation des ressources afin d'avoir un service qui ne force pas les gens à se promener à pied au lieu de pouvoir utiliser un autobus.

De son côté, la Société de transports de l'Outaouais (STO) a testé de nouveaux parcours au centre-ville d'Ottawa pour simuler une heure de pointe et procédera à d'autres essais cet automne en vue d'une mise en service en 2020.

Avec les informations de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Politique municipale