•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dernier débat avant les élections dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

Deux hommes et une femme assis à une table derrière des micros, pendant qu'un homme, debout, s'adresse au public.

Les candidats du NPD, du Parti libéral et du Bloc québécois ont participé au débat du Cégep de Matane.

Photo : Radio-Canada

Michaële Perron-Langlais

À moins d'une semaine des élections, des candidats de la circonscription Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia ont pris part à un dernier débat au Cégep de Matane mardi après-midi. Le libéral Rémi Massé, la bloquiste Kristina Michaud et le néo-démocrate Rémi Jocelyn Côté ont répondu aux questions du public, principalement composé d’étudiants.

Les trois participants ont d’abord eu cinq minutes chacun pour se présenter.

Le député sortant, Rémi Massé, en a profité pour miser sur son expérience à Ottawa. Au cours des quatre dernières années, on a réalisé de belles choses en travaillant ensemble, avec les acteurs du milieu, dit-il. Je vous offre mes connaissances et mon expérience pour les quatre prochaines années.

Un homme parle au micro.

Le candidat du Parti libéral, Rémi Massé.

Photo : Radio-Canada

Rémi-Jocelyn Côté, du Nouveau Parti démocratique, s’est quant à lui décrit comme étant un gars de terrain. Je suis quelqu’un qui ne croyait plus à la politique fédérale, alors j’ai décidé de faire le saut, raconte-t-il. Je me suis dit que la meilleure façon d’apprendre, c’est d’y aller directement.

Un homme parle assis devant un micro.

Le candidat du Nouveau Parti démocratique, Rémi-Jocelyn Côté.

Photo : Radio-Canada

Quant à la candidate du Bloc québécois, elle dit représenter une jeunesse porteuse de changement. Je fais un peu partie de cette masse de jeunes qui voulaient du changement, notamment dans cette ère de lutte aux changements climatiques, explique-t-elle. J’ai vu le potentiel de la politique pour changer les choses. C’est à la base de mon engagement. Je suis ici aujourd’hui pour être à la table où les décisions se prennent et aller changer les choses.

Une femme parle derrière un micro.

La candidate du Bloc québécois, Kristina Michaud.

Photo : Radio-Canada

Environnement, culture et autres enjeux

De nombreuses questions provenant des étudiants du Cégep de Matane ont porté sur l’environnement. Il a été question de la taxe sur le carbone, de plantation d’arbres ainsi que de sujets qui touchent particulièrement la région, comme l’érosion des berges.

On a investi 2,3 millions dans deux organismes de la région pour planter, sur les berges, ce qu’on appelle des élymes des sables, affirme Rémi Massé. Les berges résistent beaucoup mieux avec des élymes des sables.

Kristina Michaud en a profité pour souligner que si les Libéraux de Justin Trudeau ont mis en place des mesures comme celle citée par le député sortant, le gouvernement libéral a également investi dans des industries polluantes. J'ai entendu des chiffres, et je voulais mentionner que le gouvernement libéral, dans les quatre dernières années, a investi 19 milliards de dollars dans la subvention aux énergies fossiles, dont 4 milliards de dollars pour l’achat d’un pipeline, mentionne-t-elle.

Rémi-Jocelyn Côté a quant à lui appuyé la solution mise de l’avant par Rémi Massé. Honnêtement, c’est un excellent projet et c’était le temps que ça voit le jour, dit le néo-démocrate.

Les candidats ont aussi été questionnés sur le développement culturel dans la région. Ils considèrent tous les trois qu’il s’agit d’une bonne façon d’attirer les gens sur le territoire de la circonscription.

On n’investit pas assez dans la culture, croit Kristina Michaud. Pourtant, on parle de rayonnement de notre région et c’est tellement une belle façon de la faire rayonner [...], mais les programmes fédéraux ne sont pas adaptés aux réalités régionales.

Notre dossier Élections Canada 2019

À Montréal, à Québec, ils ont tout le temps quelque chose à faire, ajoute Rémi-Jocelyn Côté. Si on est capable d’investir dans des événements, d’être plus proactif, je pense que ça aide à ce que les gens viennent ici pour [pourvoir] les postes qui sont disponibles.

Le développement culturel passe aussi par le développement économique, affirme quant à lui Rémi Massé. C’est lorsqu’il y a de l’emploi qui est créé qu’on est en mesure d’investir et d’appuyer notre culture.

Les candidats ont aussi été questionnés sur la Loi sur la laïcité de l'État (la loi 21), la place du Bloc québécois à Ottawa et l'accessibilité au réseau internet, entre autres.

La candidate conservatrice, Natasha Tremblay, devait participer au débat, mais elle ne s’y est finalement pas présentée.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Élections fédérales