•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des billets à moins de 20 $ pour un des spectacles de Céline Dion à Ottawa

Céline Dion chante sur scène dans une robe rouge.

Céline Dion, en septembre dernier, lors du lancement de sa tournée « Courage » au Centre Vidéotron, à Québec (archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Emmanuelle de Mer

Les deux spectacles de Céline Dion à Ottawa ont de la difficulté à trouver preneurs. Les billets pour le concert de mardi soir au Centre Canadian Tire s’envolent à des prix dérisoires sur certains sites Internet.

La salle de spectacle propose des billets pour mardi pour entre 215 $ à 335 $ environ. Davantage de billets sont offerts pour mercredi, certains au coût de 150 $.

Mais des offres beaucoup plus alléchantes sont faites sur des sites de revente. StubHub, par exemple, proposait mardi matin des billets pour le jour même pour la modique somme d’environ 9 $ (canadiens).

Cette offre imbattable a attiré des centaines d’acheteurs, faisant grimper progressivement les prix durant la journée. Vers 14 h 30, un billet s’achetait pour une vingtaine de dollars. Pour mercredi soir, le billet le moins cher s’envolait pour une centaine de dollars.

« Le pouvoir de Céline Dion a baissé »

L’engouement entourant la tournée mondiale Courage, de Céline Dion, semble avoir été surestimé, explique le professeur de gestion et de droit à l’Université d’Ottawa Gilles LeVasseur. Le pouvoir de Céline Dion a baissé, soutient-il.

Il y a une clientèle qui va toujours lui être fidèle. Mais quand il y a une grande tournée, il y a plein de possibilités pour aller la voir dans plusieurs villes.

Gilles LeVasseur, professeur de gestion et de droit à l’Université d’Ottawa

Lorsqu’on fait plein de tournées dans différentes villes, on épuise rapidement le marché, ajoute M. LeVasseur. Deux spectacles à Ottawa, c’est énorme!

À cela s’ajoute l’incertitude sur la tenue des concerts, puisque Céline Dion, accablée par un virus, a dû annuler récemment des concerts. Elle remonte sur les planches après trois semaines de convalescence.

M. LeVasseur souligne enfin que la star a perdu de sa « nouveauté » et qu’elle n’attire pas nécessairement la jeune clientèle, plus à l’affût des spectacles de hip-hop.

Le phénomène n’est pas unique à l’industrie de la musique, note le professeur. C’est aussi le cas de plusieurs équipes de sport professionnel qui n’arrivent pas à remplir les gradins.

Le plan du Centre Canadian Tire avec le prix des billets.

Le site de revente StubHub montrait des billets à moins de 15 dollars américains en après-midi mardi.

Photo : Radio-Canada

Les revendeurs perdent de l’argent

Flairant ce qui devait être une affaire profitable, les revendeurs – qui sont souvent de gros détaillants dans l’industrie, note M. LeVasseur – achètent souvent plusieurs billets à la fois. Mais lorsque la demande n’est pas au rendez-vous, ils sont incapables de les revendre facilement.

Les gens se débarrassent de leurs billets [...] C’est une vente aux enchères, pratiquement une “vente de feu”, note-t-il. Ils essaient d’empocher rapidement par crainte d’arriver au concert et de ne pas être capables de les vendre, quitte à liquider les billets et à perdre de l’argent.

Il n’y a pas une demande pour ces billets-là. C’est pour ça qu’on les baisse à un niveau très ridicule, pour accélérer la vente.

Gilles LeVasseur, professeur de gestion et de droit à l’Université d’Ottawa

Voyant la situation, des amateurs peuvent même décider d’attendre à la dernière minute pour acheter leurs billets à un meilleur prix.

Avec les informations de Kevin Sweet

Ottawa-Gatineau

Musique