•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jusqu’à 87 % d’enfants anglophones dans des maternelles francophones au Nouveau-Brunswick

Photo d'enfants qui se tiennent la main en marchant vers l'entrée de leur école avec leurs sacs à dos.

Pour la rentrée 2019-2020, 18,1 % des élèves inscrits en maternelle au District scolaire francophone Sud ont passé le test d'entrée en anglais.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Margaud Castadère

En moyenne, un enfant sur cinq qui entre en maternelle, dans le District scolaire francophone Sud, est anglophone. Une proportion qui peut dépasser les trois quarts des élèves inscrits en maternelle dans certaines écoles, selon des chiffres obtenus par Radio-Canada auprès du district.

Il s’agit des enfants qui passent le test d’entrée à la maternelle en anglais et qui sont ensuite inscrits dans une école francophone du District scolaire francophone Sud (DSFS). Ce test est l’« Évaluation de la petite enfance — appréciation directe », aussi appelée test ÉPE-AD.

Depuis 5 ans, la proportion des enfants qui passent l’ÉPE-AD en anglais oscille entre 18,1 % et 22,39 %, ce qui représente en moyenne un enfant sur cinq.

Des élèves lèvent la main dans une classe.

Beaucoup de ces enfants proviennent de familles exogames ou sont des ayants droit.

Photo : iStock

Plusieurs de ces élèves-là sont dans des garderies françaises, mais un des deux parents ou des parents ayants droit veulent participer à cette évaluation-là et demandent que le test soit fait en anglais, note Gérald Arseneault, président de l’Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB).

Qui peut fréquenter les écoles francophones?

L'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés donne le droit à certains parents, appelés ayants droit, de faire instruire leurs enfants dans la langue de la minorité linguistique, là où le nombre le justifie.

Voici les trois catégories d'ayants droit :

  1. Les parents dont la première langue apprise et encore comprise est le français;
  2. les parents qui sont allés à l'école primaire en français;
  3. les parents dont l'un des enfants fréquente ou a fréquenté une école de langue française.

De plus, la Loi sur l’éducation du Nouveau-Brunswick stipule qu’un enfant ayant une compétence linguistique suffisante en français peut être admis à l’école de cette langue. Enfin, si un enfant ne parle ni le français ou l’anglais, il est possible de l’inscrire à l’école francophone.

Les régions de Saint-Jean, Fredericton et Moncton recensent les plus importantes proportions d'élèves dont la première langue est l'anglais.

À l’École des Pionniers, de Quispamsis, 87,1 % des enfants inscrits cette année en maternelle ont passé l’évaluation d’entrée en anglais. En chiffres absolus, cela représente 27 des 31 élèves inscrits.

L’an passé, l’École Sainte-Bernadette, de Moncton, accueillait 37 élèves anglophones sur les 50 inscrits, soit 74 % de ces nouveaux écoliers.

Le nombre est élevé.

Gérald Arseneault, président de l'AEFNB

Gérald Arseneault, aussi ancien enseignant à l'École des Pionniers, note toutefois que sur les élèves qui ont passé le test en anglais dans cette école cette année (2019-2020), 19 auraient pu le passer en français, car ils sont inscrits dans une garderie en français depuis plusieurs années maintenant.

Un budget d’un million de dollars en francisation

Par réponse écrite, le district indique que suite à l’ÉPE-AD, pour répondre aux besoins de francisation, des ateliers de francisation préscolaire ont lieu du début février jusqu’au mois d’août avant l’entrée scolaire.

Jusqu'à 62 % des enfants qui ont passé le test en anglais ont bénéficié de ces services, indique le district, ce qui correspond à un budget total de 195 000 $ pour l’année scolaire en cours au DSFS.

Pour l'année scolaire 2019-2020, le budget total en francisation du district s'élève à un peu plus d’un million de dollars.

Les régions de Saint-Jean/Fredericton et de Moncton comptent, chacune, l’équivalent de cinq enseignants à temps plein en francisation.

Un défi pour les enseignants

C’est sûr que les défis face à ceci sont un peu différents par rapport à une classe dans un milieu complètement francophone, note le président de l'AEFNB. Il faut avoir des ressources, et c’est là où on demande toujours d’avoir le maximum de ressources pour la francisation ou les autres besoins que ces élèves-là ont aussi, poursuit-il.

Un million, c’est de l’argent quand on regarde ça de l’extérieur, mais à l’intérieur, quand on est face à tous les défis que les écoles rencontrent, un million c’est vite écoulé.

Gérald Arseneault, président de l'AEFNB

On aime ces enfants-là, on veut les aider à grandir et à faire d’eux de beaux petits Acadiens et Acadiennes francophones du Nouveau-Brunswick et ils vont contribuer à la francophonie de notre belle province, conclut M. Arseneault.

Nouveau-Brunswick

Éducation