•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pharrell Williams ouvre les yeux sur le sexisme de sa chanson Blurred Lines

Gros plan sur Pharrell Williams avec des roses rouges en fond.

Pharrell Williams, âgé de 46 ans, en 2019 à New York

Photo : Getty Images / Steven Ferdman

Radio-Canada

Six ans après la sortie de la chanson controversée Blurred Lines, qu’il a chantée et écrite avec Robin Thicke, l’artiste Pharrell Williams a désormais pris conscience du sexisme véhiculé par ce titre à succès.

La chanson Blurred Lines avait suscité des critiques pour ses paroles sexistes et misogynes ainsi que pour son vidéoclip objectifiant les femmes.

Le refrain avait particulièrement fait polémique, répétant « I know you want it » ( « Je sais que tu en as envie »). Avec ces paroles, Pharrel Williams et Robin Thicke avaient été accusés de contribuer à la culture du viol. 

Une incompréhension au départ

À l’époque, Pharrell Williams, coparolier, co-interprète et producteur de Blurred Lines, n’avait pas réalisé que sa chanson était sexiste.

Je n’ai pas compris au départ, a-t-il déclaré en entrevue au magazine masculin GQ.

Il y a des femmes qui aiment vraiment la chanson. [...] Et "I know you want it", des femmes chantent ce genre de paroles tout le temps. Alors, je me disais : "En quoi cela concerne la culture du viol?" 

Pharrell Williams

Une révélation pour Pharrell Williams

Puis j’ai réalisé qu’il y a des hommes qui utilisent la même expression quand ils profitent d’une femme, et que mon propre comportement ou ce que je pense n’a pas d’importance; ce qui importe, c’est la manière dont cela affecte les femmes. [...] J’ai ouvert mon esprit à ce que dit vraiment cette chanson et à ce qu’une personne peut ressentir [quand elle l’écoute], a-t-il ajouté.

J’ai réalisé que nous vivons dans un pays à la culture machiste. Je n’avais pas réalisé cela. Je n’avais pas réalisé que certaines de mes chansons contribuaient [au machisme]. Je n’en revenais pas.

Pharrell Williams

En décembre dernier, Robin Thicke et Pharrell Williams ont été condamnés à payer 5 millions de dollars américains à la famille de Marvin Gaye pour avoir plagié l'artiste américain dans leur chanson Blurred Lines.

Avec les informations de Variety, et The Guardian

Musique

Arts