•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grévistes de trois hôtels de Vancouver réussissent à se faire entendre

Des personnes sont rassemblées, certaines avec des pancartes, elles crient.

Les travailleurs de quatre hôtels de Vancouver sont en grève depuis plus de trois semaines.

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Le syndicat des travailleurs hôteliers de Vancouver en grève depuis plusieurs jours a conclu une entente de principe avec trois des quatre hôtels ciblés par un arrêt de travail, soit le Westin Bayshore, le Hyatt Regency et le Pinnacle Harbourfront, mardi.

Les détails de cet accord resteront confidentiels jusqu’au lendemain du vote, mais selon la responsable des communications du syndicat Unite Here Local 40, Sharan Pawa, ils incluent une augmentation significative des salaires, une plus grande protection contre le harcèlement sexuel et une assurance maladie continue. 

L’entente ne concerne pas les grévistes de l’hôtel Rosewood Georgia qui étaient absents de la table des négociations.

Ces derniers ne peuvent aussi plus faire du bruit avec des mégaphones, des sirènes ou encore des avertisseurs sonores à air comprimé, sur demande de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, vendredi. 

Les hôtels Hyatt Regency, Pinnacle Harbourfront et Westin Bayshore avaient obtenu une ordonnance similaire le 3 octobre.

Ces trois hôtels poursuivaient ensemble le syndicat Unite Here Local 40 pour la nuisance causée par le bruit, qu’ils qualifiaient d’assourdissant et d’intolérable, et d’être en violation de la réglementation municipale.

Le Rosewood Georgia a lancé une poursuite semblable peu après.

Selon la juge Nitya Iyer de la Cour suprême provinciale, le bruit causé par les grévistes dépassait souvent les 70 décibels fixés comme limite par la réglementation municipale.

Colombie-Britannique et Yukon

Emploi