•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien Lancaster d’Edmundston devrait être remis à neuf d’ici 2024

La cabine de pilotage sur un petit chariot

Le bombardier Lancaster longuement exposé à Edmundston est maintenant en cours de remise à neuf, à Trenton, en Ontario.

Photo : Musée national de la Force aérienne

Radio-Canada

Le bombardier Lancaster, qui a été exposé pendant 50 ans à Edmundston, ne volera jamais plus. Mais il subit des travaux de remise à neuf menés par des bénévoles.

Ce vestige de la Deuxième Guerre mondiale se trouve au Musée national de la Force aérienne, à Trenton, en Ontario.

D’anciens travailleurs du domaine de l’aviation tentent de lui rendre son lustre d’antan pour qu’il soit exposé dans le musée, explique un porte-parole de l’établissement, Theo Holownia.

Les sections de l’appareil sont dans un atelier. Les travailleurs tentent de déterminer les pièces dont ils ont besoin pour le restaurer.

L'intérieur du poste de pilotage démonté

D'anciens travailleurs du domaine de l'aviation déterminent quelles pièces du Lancaster doivent être remplacées.

Photo : Musée national de la Force aérienne

Les travaux à l’heure actuelle se concentrent sur la cabine de pilotage et le train d’atterrissage, indique M. Holownia. Des bénévoles retirent les pneus des jantes pour évaluer leur état.

Les travailleurs se disent qu’il faudra remplacer toutes les fenêtres du poste de pilotage parce que les anciennes ont mal vieilli sous les rayons du soleil, précise M. Holownia.

Le Lancaster a été exposé en plein air pendant des décennies, à Edmundston. Il a été transporté à Trenton en 2017.

Certains panneaux ont été endommagés durant le transport et il faudra les remplacer, affirme Theo Holownia.

L'habitacle

Les bénévoles démontent le Lancaster pour le restaurer.

Photo : Musée national de la Force aérienne

L’avion a effectué 12 missions durant la Deuxième Guerre mondiale. Il devrait être fin prêt à être exposé au musée en 2024.

On enlève tous les rivets, puis on les remet en place, ajoute M. Holownia. L’appareil tout entier doit être démonté et repeint. C’est un travail de longue haleine, explique-t-il.

Une vingtaine de bénévoles travaillent sur ce projet. Ils sont enthousiastes, car il n'est pas donné tous les jours de restaurer un appareil rare. Certains d’entre eux ont travaillé sur des appareils similaires durant leur carrière, précise M. Holownia.

Des pièces originales

Les restaurateurs vont utiliser des pièces originales autant que possible, assure Theo Holownia.

Deux hommes examinent une aile de l'ancien bombardier.

Une vingtaine de bénévoles consacrent plus de 30 heures par semaine aux travaux de restauration.

Photo : Musée national de la Force aérienne

Il ne sait pas où ils vont les trouver, reconnaît-il en riant, mais il fait confiance à leur savoir-faire et à leur expérience professionnelle.

Avec les renseignements de Gary Moore, de CBC

Nouveau-Brunswick

Histoire