•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pancartes électorales, plus écologiques qu'on pourrait le penser

Le reportage de Mathieu Prost

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Chaque fois que de nouvelles élections sont déclenchées, les pancartes électorales des partis apparaissent rapidement le long des grandes artères, dans les rues et sur les balcons. Certains s’interrogent sur l’impact environnemental de ces affiches de plastique à la durée de vie plutôt courte. Or, elles seraient plus écologiques qu’on pourrait le croire. Explications.

Si pollution il y a, elle n’est que visuelle, selon Marc D. David, professeur de communication marketing à l’Université de Sherbrooke.

Depuis plusieurs années, la question refait invariablement surface lorsqu’une campagne électorale bat son plein, souligne-t-il. Couvrir les rues de pancartes, n’est-ce pas dépassé? N’y a-t-il pas moyen de faire campagne autrement en 2019, sachant que la lutte contre les changements climatiques interpelle de plus en plus les électeurs?

Cette façon de faire est pourtant « complètement écologique », assure M. David.

Le plastique coroplast utilisé pour fabriquer ces affiches est recyclé au Québec et permet ensuite de fabriquer divers éléments de mobilier urbain, comme des bancs de parc ou des tables de pique-nique, selon Recyc-Québec.

À partir des planches de plastique, on peut faire aussi des chaises, des poubelles ou encore des paniers à rebut, cite en exemple Marc Francoeur, directeur général de Produits Re-Plast.

Le plastique coroplast est une matière qui est facilement transformable sans trop de traitement, donc ça devient facile pour nous de la retravailler, explique-t-il.

C’est un produit qui n’a pas travaillé fort dans sa vie, à part avoir été accroché sur un poteau. Ça fait que lorsqu'il arrive chez nous, il est en excellente condition.

Marc Francoeur, directeur général de Produits Re-Plast

Chaque année, de 10 à 20 tonnes de pancartes en plastique coroplast sont transformées dans son usine. Les entreprises comme Produits Re-Plast payent en moyenne de 100 $ à 250 $ la tonne de plastique.

Notre dossier Élections Canada 2019

Une question de marketing politique

Au-delà de l'aspect environnemental, les pancartes électorales jouent un rôle indéniable, soit celui d'interpeller l'électeur dans son quotidien. Qui plus est, d'accrocher l'électeur qui n'a pas nécessairement les outils pour s'intéresser à la campagne électorale, souligne Marc D. David.

Il faut comprendre qu'il y a quand même 50 % de la population qui a des problèmes de lecture, de littératie, dit-il.

Le fait de voir une couleur d'un parti, un visage et un nom permet aux gens de faire des associations plus facilement, ce qui risque de leur servir de repères une fois dans l'urne, le jour du scrutin, selon M. David.

Recyc-Québec invite les partis à trouver une seconde vie à leurs pancartes électorales, qu'il s'agisse de bricolages ou de décors, ou bien à les envoyer directement aux entreprises qui pourront les recycler.

En vertu de la loi, toutes les affiches doivent être retirées 15 jours après les élections.

D'après un reportage de Mathieu Prost

Politique fédérale

Politique