•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Observateurs et militants bloquistes pressentent une vague au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Yves-François Blanchet serre la main d'un homme.

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a profité de son passage en région pour rencontrer des militants au centre commercial Place du Royaume, à Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Si certains observateurs de la scène politique et militants du Bloc québécois prédisent une vague à l'image de celle qui a permis au Nouveau Parti démocratique (NPD) de remporter une soixantaine de circonscriptions au Québec en 2011, il demeure difficile de prédire l’issue du scrutin.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a néanmoins profité de la montée en popularité de son parti dans les sondages pour rencontrer des militants du Saguenay-Lac-Saint-Jean lundi. Il a notamment pris part à un bain de foule au centre commercial Place du Royaume.

L’enthousiasme était palpable chez ces militants, une ferveur qui anime aussi d’anciens députés de la formation souverainiste. Robert Bouchard, député de Chicoutimi-Le Fjord de 2004 à 2011, a repris du service.

Robert Bouchard en entrevue

L'ex-député du Bloc québécois Robert Bouchard croit que son parti ravira la faveur populaire lors du scrutin du 21 octobre.

Photo : Radio-Canada

Celui qui a vécu la traversée du désert de son parti est d’avis que la renaissance du Bloc témoigne du fait que le nationalisme est toujours bien présent au Québec.

Les Québécois ont essayé les libéraux, ils ont essayé les conservateurs et le NPD. Là, ils se rendent compte que le parti le plus fidèle au niveau des valeurs et des intérêts du Québec, au niveau des résolutions qui sont passées à l’Assemblée nationale, c’est le Bloc québécois.

Robert Bouchard, ex-député du Bloc québécois et militant souverainiste

Robert Bouchard demeure persuadé que « la fibre nationaliste est encore bien présente en région ».

Elle ne meurt pas. Je ne serais pas surpris que le 21 octobre, on ait de bons résultats dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, croit celui qui a perdu son siège aux mains du néodémocrate Dany Morin dans la foulée de la vague orange qui a déferlé sur le Québec il y a huit ans.

La Loi 21 a un impact

Certains observateurs estiment que la montée du Bloc québécois dans les intentions de vote est attribuable au débat entourant la Loi 21 sur la laïcité de l’État.  

C'est du moins ce que pense le politologue et militant souverainiste Michel Roche. Le professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) n'est pas étonné du phénomène. Il demeure toutefois surpris de constater la vitesse à laquelle la formation politique a su réduire l'écart qui la sépare du Parti libéral dans la Belle Province.

Michel Roche en entrevue à l'extérieur, devant un érable

Le politologue et militant souverainiste Michel Roche croit que la Loi 21 sur la laïcité de l'État québécois a favorisé la montée en popularité du Bloc québécois.

Photo : Radio-Canada

Michel Roche rappelle qu’au début de la campagne électorale, les libéraux jouissaient d’une avance confortable sur la formation d’Yves-François Blanchet. Les deux partis sont aujourd'hui au coude à coude.

Selon Michel Roche, cette montée a débuté au moment où Justin Trudeau a manifesté son intention de contester la Loi 21 devant les tribunaux.  

Pour se débarrasser de Justin Trudeau, qui veut, entre autres, s’attaquer à la Loi 21, certains ont pensé, au début, en se bouchant le nez, de voter pour ce qui était perçu pour le meilleur deuxième, c’est-à-dire le Parti conservateur. Maintenant que le Bloc a réussi une petite remontée, cet appui s’est soudainement emballé parce qu’on s’est rendu compte qu’il devenait possible qu'il batte des candidats libéraux dans plusieurs circonscriptions, analyse le politologue.

Le Bloc québécois n'a fait élire aucun député au cours des huit dernières années dans la région, mais les militants ont bon espoir de voir leur parti ravir au moins une des trois circonscriptions le 21 octobre.

D'après le reportage de Jean-François Coulombe

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique fédérale