•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ocearch critiqué pour son traitement des requins blancs

Les méthodes des scientifiques du navire de recherche, qui traquent les requins blancs dans les Maritimes, soulèvent des questions éthiques.

Un requin est tiré sur un ponton. Une perche est dans sa bouche.

Le requin baptisé Luna sur le navire d'Ocearch.

Photo : Ocearch / Twitter

La Presse canadienne

Des scientifiques enthousiastes à bord du navire de recherche Ocearch ont levé les poings tandis qu'une voix annonçait à la radio que l'expédition avait accroché son onzième grand requin blanc cet automne au large de la Nouvelle-Écosse.

Mais pour certains biologistes marins, il n'y a pas lieu de célébrer ce qui s'est déroulé récemment sur ce navire de recherche à but non lucratif. Cela a plutôt soulevé des questions éthiques quant aux méthodes utilisées pour attirer et étudier les prédateurs des océans.

Environ 30 minutes après son hameçonnage, un mâle adulte a été amené sur le côté du navire de pêche au crabe reconverti, tandis que le capitaine Brett McBride sautait sur la plateforme immergée ayant soulevé l'animal hors de l'océan.

Un grand requin blanc sorti de l'eau entouré de gens et montrant ses dents.

Le requin femelle Unama'ki sur le bateau d'Ocearch

Photo : Robert Snow/Ocearch

Le requin massif de 3,6 mètres a brièvement levé la tête en signe de protestation pendant que le marin le basculait sur le côté, ce qui l'a soudainement contraint à rester immobile au milieu du bourdonnement de l'ascenseur hydraulique.

Un tissu noir a été placé sur les yeux du requin, un tube a pompé de l'eau à travers les branchies et six scientifiques sont descendus sur la plateforme, se donnant 15 minutes pour prélever des échantillons de sang, de parasites, de muscle, de selles et de sperme.

Un autre requin repose sur le ponton. Il a un tuyau dans la gueule. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres de l'équipe Ocearch autour du requin Cabot.

Photo : Ocearch / Twitter

Le vétérinaire Mike Hyatt, de l'Aquarium de New York, a fait une incision sur le ventre blanc brillant pour installer une étiquette acoustique. Son collègue Dan Madigan, associé de recherche à l'Université de Windsor, a installé l'étiquette satellite, aussi appelée SPOT, sur la nageoire dorsale. C'est cette étiquette qui permettra à des milliers de personnes ayant téléchargé une application de suivre en ligne les mouvements du requin.

Une méthode critiquée par des chercheurs

Mais derrière l'enthousiasme, un débat scientifique a refait surface sur l'impact de telles pratiques sur les requins, dont la sensibilité aux manipulations humaines est bien connue.

Lors d'une mise à jour sur les recherches, M. Hyatt a soutenu que les analyses de sang effectuées au début et à la fin de telles captures montraient que le niveau de stress de l'animal n'augmentait pas. Lors de la manipulation hors de l'eau, leur niveau de stress reste le même et s'améliore parfois a-t-il expliqué.

Un requin dans l'eau près d'une personne.

Le requin blanc Sydney a été identifié au large de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Robert Snow/Ocearch

Cependant, bien que les biologistes marins questionnés par La Presse canadienne soient de l'avis de M. Hyatt quant à la réaction à court terme du requin, ils se demandent ce qu'il adviendra des organes internes et de l'appareil reproducteur de l'animal dans les mois et les années à venir. Certains chercheurs refusent d'utiliser cette méthode pour étudier les requins.

À l'Institut océanographique fédéral Bedford, à Halifax, Heather Bowlby, responsable de la recherche au Laboratoire de recherche sur les requins de l'Atlantique, a laissé de côté les systèmes qui impliquent l'accrochage des requins ou leur embarquement à bord de navires.

Cette saison, son équipe a utilisé un leurre pour attirer une femelle de quatre mètres puis un harpon pour attacher rapidement une étiquette près de sa nageoire dorsale.

Heather Bowlby sur un bateau.

Heather Bowlby (à gauche)

Photo : La Presse canadienne / Aly Thomson

Le dispositif d'enregistrement se détachera ensuite et flottera à la surface et fournira des données sur la lumière, la température et la profondeur qui aideront Mme Bowlby à étudier l'habitat du requin et ses comportements.

Il y a eu un changement général dans la communauté de la recherche sur les requins afin de ne plus amener des requins à bord d'un bateau, a-t-elle déclaré en entrevue.

Tous leurs muscles sont concentrés dans le dos. Ils n'ont pas de cage thoracique. Ils ne sont pas conçus pour être hors de l'eau, et c'est pourquoi nous sommes passés à l'étiquetage dans l'eau.

Heather Bowlby, scientifique

Gregory Skomal, qui dirige un groupe d'étude de la division des pêches maritimes du Massachusetts au large de Cape Cod, a indiqué qu'il utilisait un avion d'observation et des méthodes au harpon comme Mme Bowlby pour réduire au minimum les manipulations invasives.

Il a dit s'interroger sur l'impact de la méthode d'Ocearch. Cela pourrait créer des problèmes à long terme pour le succès futur de l'animal en matière de reproduction... C'est un aspect qui inquiète beaucoup les gens.

Le navire MV Ocearch au port d'Halifax le 18 septembre 2018.

Le navire MV Ocearch au port d'Halifax le 18 septembre 2018

Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

Chris Fischer, chef de l'expédition et fondateur d'Ocearch, est en désaccord total avec les critiques. Il fait valoir que son équipe rassemble toute une série d'informations précieuses largement disponibles que les scientifiques peuvent examiner et qui permettront d'améliorer la gestion des pêches.

Ce seront les requins blancs individuels les plus étudiés de l'histoire ici, au Canada, a-t-il déclaré lors d'une entrevue après la fin de l'expédition, qui s'est déroulée du 13 septembre au 4 octobre au large des îles du Cap-Breton et de Lunenburg.

Sur son site Internet, Ocearch nomme SeaWorld parmi ses « partenaires corporatifs ». Les parcs d'attractions aquatiques SeaWorld ont fait l'objet de vives critiques relatives aux conditions de vie des orques et d'autres mammifères en captivité, notamment dans le documentaire Blackfish.

Nouvelle-Écosse

Faune marine