•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tempête de neige : des sinistrés critiquent la visite d'Andrew Scheer à Winnipeg

Margaret Missyabit parle aux médias réunis dans le hall de l'hôtel.

Margaret Missyabit s'est adressée aux médias réunis à l'hôtel Radisson de Winnipeg, au Manitoba.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Contraints de quitter leur demeure en raison de la tempête de neige, des Manitobains ont reproché lundi au chef conservateur Andrew Scheer d’avoir fait campagne à Winnipeg alors que la ville est en état d’urgence.

En matinée, une douzaine de personnes qui ont dû trouver refuge dans le hall de l’hôtel Radisson de Winnipeg, en attendant qu’un autobus de la Croix-Rouge les mène dans une résidence temporaire, sont tombées nez à nez avec des journalistes venus assister à un point de presse du chef conservateur.

Andrew Scheer était en effet attendu en après-midi, dans le même hôtel.

Certains évacués n’ont pas manqué de dénoncer la décision de M. Scheer de faire campagne à Winnipeg, alors que la Ville et le gouvernement provincial du Manitoba ont déclaré l’état d’urgence, la tempête ayant laissé des milliers de foyers sans électricité.

Si Andrew Scheer veut faire campagne, il devrait plutôt nous aider, a lancé Margaret Missyabit, de la Première Nation de Lake Manitoba, l’une des neuf communautés autochtones de la province, qui ont, elles aussi, déclaré l’état d’urgence.

Non, je ne pense pas que c'est approprié de faire campagne. Il devrait être en train de nous aider.

Margaret Missyabit

La caravane conservatrice avait prévu trois arrêts, lundi, dans des circonscriptions de Winnipeg où les sièges ont été remportés par des libéraux lors des dernières élections, en 2015.

En entrevue à CBC, Margaret Missyabit et Edward Prince, un autre résident de la Première Nation, ont tous deux dénoncé la gestion des secours qu’ils jugent désorganisés, et le manque d’eau et de nourriture. Mme Missyabit a aussi déploré le fait de ne pas avoir suffisamment d’aide, elle qui doit s’occuper de son fils handicapé de 19 ans.

Nous ne sommes pas des animaux qu’on peut trimbaler à gauche et à droite, a-t-elle dit. C’est frustrant.

Essayez de gérer la crise plutôt que de chercher à obtenir des votes, a ajouté Edward Prince.

Scheer maintient son itinéraire de campagne

Interrogé à ce sujet lors du point de presse, Andrew Scheer a indiqué qu’il était de tout cœur avec les premiers répondants. Et espérons que les gens pourront se rendre chez eux le plus tôt possible, a-t-il ajouté.

Sur Twitter, le chef conservateur avait écrit que ses pensées allaient à « toutes les familles touchées par les tempêtes de neige au Manitoba ».

Sans répondre aux critiques formulées par les résidents évacués, Andrew Scheer a assuré qu’il avait lui-même contribué personnellement en offrant un don à la Croix-Rouge. Il n’a toutefois pas voulu dire le montant de ce don.

Le chef conservateur, qui s'est rendu dans une résidence pour personnes âgées en après-midi, n'a pas modifié son horaire de la journée pour venir en aide aux sinistrés. Il voulait s'assurer de ne pas « nuire au travail des premiers répondants », a-t-il expliqué.

Il s'est toutefois dit prêt à discuter avec les résidents évacués.

Notre dossier Élections Canada 2019

En soirée, le chef du Parti conservateur a été chaudement accueilli par la foule rassemblée dans un club de curling de Winnipeg. Candice Bergen, la députée sortante de Portage–Lisgar, a plutôt salué le fait qu'Andrew Scheer ait décidé de faire campagne au Manitoba malgré la température peu clémente.

Même si nous avons dû affronter la tempête […] nous sommes résilients. Nous nous battons ensemble, a-t-elle souligné. Les Manitobains se soucient des élections et sont tellement heureux de voir qu’Andrew Scheer est ici, aujourd’hui, pour nous montrer son soutien.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a quant à lui décidé de ne pas se rendre à Winnipeg pour l’instant. Je crois qu’il est important pour les gens de s’assurer que tout le monde est à l’abri et en sécurité. C'est leur priorité présentement, alors nous avons pris cette décision, a-t-il déclaré.

Selon les estimations, 10 000 personnes sont privées de courant dans la province. Manitoba Hydro a prévenu qu'il faudra de 7 à 10 jours avant que le courant ne soit rétabli sur tout le territoire.

Près de 3300 personnes ont été évacuées de 14 Premières Nations, selon le décompte fait lundi par la Croix-Rouge.

Avec les informations d'Olivia Stefanovich, de CBC News, et de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique