•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Franco-Canadiennes à Tout le monde en parle

Les trois femmes sont habillées en noir.

Stéphanie Chouinard, Chloé Freynet-Gagné et Caroline Gélineault

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Radio-Canada

Trois francophones vivant en milieu majoritairement anglophone ont répliqué à la polémiste Denise Bombardier à l’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche soir, sur Radio-Canada.

Les Franco-Ontariennes Stéphanie Chouinard et Caroline Gélineault et la Franco-Manitobaine Chloé Freynet-Gagné étaient invitées à partager leur point de vue sur la controverse qui a entouré dans les communautés francophones les récents propos de Mme Bombardier et son documentaire Denise au pays des francos.

Les trois porte-paroles appellent notamment à plus de solidarité entre les différentes communautés francophones du Canada.

Tout le monde en parle, explique Caroline Gélineault, s’est avéré une excellente tribune pour présenter nos communautés de façon positive et de présenter nos défis comme des choses sur lesquelles on peut travailler ensemble, en tant que francophones qui vivent au Canada, peu importe où l'on est.

On est plus forts ensemble, explique de son côté Chloé Freynet-Gagné, pour qui hiérarchiser la francophonie ne mène à rien. La Franco-Manitobaine estime qu’il est important d’arrêter de concentrer notre énergie sur le jugement de l'autre au sein de la francophonie canadienne.

Nous sommes les experts de notre propre réalité, dit Mme Gélineault. Je reconnais que Mme Bombardier s'inquiète de l'avenir de la francophonie au Canada, (...) elle aimerait bien s'assurer qu'il y ait encore des francophones partout sur le territoire canadien dans plusieurs générations. Moi aussi, j'ai la même inquiétude. La différence est qu'on ne vit pas la même réalité.

Caroline Gélineault.

Caroline Gélineault.

Photo : Radio-Canada

Trop souvent, on se permet des commentaires par rapport à ce que vivent les francophones en situation minoritaire - et les communautés acadiennes, d'ailleurs - sans nécessairement inviter les gens qui font partie de ces communautés, rappelle Mme Gélineault.

Déçues par les arguments de Mme Bombardier, les deux femmes rappellent qu’elles ne partagent pas sa perspective. Néanmoins, leur réplique sur le plateau de Tout le monde en parle n’est pas un règlement de comptes, insistent-elles.

Rappelant avoir été attaquée personnellement à la télé nationale par Denise Bombardier, Caroline Gélineault déclare que le sort de ma communauté est beaucoup plus important qu'une petite querelle avec une autre personne qui est passée à la télé et qui a fait des commentaires désobligeants à mon égard.

Chloé Freynet-Gagné

La Franco-Manitobaine Chloé Freynet-Gagné.

Photo : Document remis

Ce n'était pas une contre-attaque, dit Chloé Freynet-Gagné. « Je sais qu'il y a beaucoup de personnes dans les médias qui ont dit : "les francophones hors Québec contre-attaquent". Nous, on voulait vraiment que ce soit positif. Qu'on le reconnaisse que, peut-être, c'est difficile... mais que maintenant, c'est le temps de passer à autre chose et de concentrer notre énergie ailleurs, à construire une francophonie plus inclusive. »

Ce qu'on voulait vraiment que les gens retiennent, c'est qu'on est là, et on est là pour rester! Ça, ça ne va pas changer du tout. Et ce n'est pas à Denise Bombardier de juger de notre vitalité, conclut Mme Freynet-Gagné.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Nouvelle-Écosse

Francophonie