•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action Boréale réclame des fonds pour protéger les caribous de Val-d'Or

Henri Jacob pose pour la caméra devant une carte.

Henri Jacob, président de l'Action boréale

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Alexia Martel-Desjardins

Action Boréale demande à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique pourquoi leur projet de protection des caribous a été refusé par son ministère.

On veut absolument des réponses de madame McKenna, on a droit à ça, on répondait à tous les critères.

Le président d'Action Boréale, Henri Jacob

Le ministère n'a pas accepté le projet de protection de la harde de caribous de Val-d'Or qu'Action Boréale avait proposé au printemps dans le cadre du Programme Défi : Fonds pour la nature Canada.

Dans un communiqué diffusé hier, Action Boréale dénonce le fait que le Québec recevra seulement 7 % (soit 10 millions de dollars sur une enveloppe de 175 millions de dollars) du Programme Défi : Fonds pour la nature Canada, alors qu'il s'attendait à une somme 3 fois plus importante.

Pourquoi le Québec ne reçoit que 7 % alors que les membres du comité de sélection jugeaient les projets du Québec de très haute valeur, très bien préparés? s'interroge le président d'Action Boréale, Henri Jacob. Et pourquoi on nous répond qu'il manque d'argent quand il y a 30 millions qui n'ont pas été dépensés?

Les aires forestières

Le président d'Action Boréale, Henri Jacob, pense que plusieurs projets du Québec, dont celui d'Action Boréale, ont été rejetés pour éviter des conflits avec des entreprises de l'industrie forestière.

Les projets qu'on s'est aperçus qui ont été refusés, ce sont tous des projets qui auraient interféré avec les territoires forestiers, donc les parties octroyées à l'industrie forestière, remarque Henri Jacob. Ce qui veut dire qu'à chaque fois, la ministre s'est assuré qu'il n'y ait pas de problème avec le ministère de la Faune et des forêts ici au Québec en n'octroyant pas d'argent pour des projets qui auraient pu être disputés par le ministère de la Faune ou qui auraient peut-être pu créer un litige, je ne sais pas.

Le projet proposé par Action Boréale vise à rétablir la population de la horde de caribous de Val-d'Or à 50 en agrandissant l'aire protégée qui existe présentement et en y amenant des caribous venant du nord du Québec. M. Jacob indique qu'il reste à peine une dizaine de caribous sur ce territoire présentement.

Action Boréale compte de plus interpeller le ministre des Forêts de la faune et des parcs, Pierre Dufour, qui avait demandé à Action Boréale de présenter le projet de protection des caribous.

Abitibi–Témiscamingue

Protection des espèces