•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD à l’offensive en C.-B. et en Ontario, en défensive au Québec

Le chef du NPD prend une photo avec une femme.

À une semaine du scrutin fédéral, le chef du Nouveau Parti démocratique veut donner l'impression d'être sur une lancée.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Christian Noël

Dans la dernière ligne droite de la campagne, Jagmeet Singh mise sur la force des machines néo-démocrates provinciales, en Ontario et en Colombie-Britannique, où le Nouveau Parti démocratique (NPD) forme respectivement l’opposition officielle et le gouvernement.

Depuis le début de la campagne, le NPD a passé 50 % de son temps en Ontario, 30 % en Colombie-Britannique et seulement 12 % au Québec (alors que la province détient 23 % des sièges).

Une proportion qui ne sera probablement pas trop appelée à changer, en cette dernière semaine qui mène au scrutin du 21 octobre.

Pour nous, des travailleurs de campagne expérimentés qui ont eu un succès électoral en Ontario et en Colombie-Britannique, c’est un avantage non négligeable comparativement à l’élection de 2015, confie un stratège néo-démocrate.

Bon nombre d’employés du NPD ontarien et britanno-colombien ont pris des congés sans solde durant la campagne électorale afin de donner un coup de main aux troupes de Jagmeet Singh.

Le personnel politique dans ces deux provinces nous permet d’avoir une masse critique pour mener les campagnes locales fortes.

Un stratège du NPD

Ces organisations dans les deux provinces permettent au NPD d’étendre son réseau, d’accroître son nombre de bénévoles et d’augmenter ses efforts de financement, ajoute un stratège.

Notre dossier Élections Canada 2019

Le NPD à l’offensive

Le NPD veut donner l'impression d'être sur leur lancée dans la dernière semaine de la campagne, notamment en visitant des circonscriptions libérales en Ontario et en Colombie-Britannique.

Samedi, Jagmeet Singh était dans Brampton-Est et Davenport, à Toronto, soit deux sièges que le NPD a gagnés lors des élections provinciales de 2018, et que le parti souhaite reprendre aux libéraux au fédéral.

Le candidat dans Davenport, l’ex-député Andrew Cash tente un retour à Ottawa après avoir été victime de la vague libérale en 2015.

On sent depuis le mois de mai que le soutien libéral se ramollit dans Toronto et sa banlieue, confie Andrew Cash.

Nous comptons profiter de l’erre d’aller que Jagmeet Singh nous a donnée dans cette campagne pour tenter de reconquérir 5 ou 6 circonscriptions autour d’ici.

Andrew Cash, candidat néo-démocrate dans Davenport

L’opposition officielle du NPD provincial a fait un excellent travail pour lutter contre les coupes de Doug Ford, et ça aide notre image de marque et notre capital politique au niveau national, estime Andrew Cash.

Luttes à trois en Colombie-Britannique

En Colombie-Britannique, la donne est légèrement différente. Le NPD est au gouvernement, ce qui signifie que de nombreux travailleurs du parti sont disponibles pour faire du porte-à-porte et des appels téléphoniques. Néanmoins, le gouvernement Horgan a pris quelques décisions moins populaires qui nuisent parfois à la campagne nationale.

À Surrey, par exemple, le discours de Jagmeet Singh a été interrompu par un manifestant opposé au projet de gazoduc de gaz naturel liquéfié de la Colombie-Britannique, qui reçoit l'appui du chef néo-démocrate.

Un homme portant des lunettes de soleil lève le doigt.

À Surrey, un manifestant a interrompu le discours de Jagmeet Singh.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

En Ontario, Ford sert de paratonnerre pour la colère des gens, alors ça nous aide à canaliser cette énergie vers un vote néo-démocrate, confie un stratège du NPD. Mais en Colombie-Britannique, c’est plus difficile, puisque le paratonnerre, c’est le gouvernement Horgan.

N’empêche, il est convaincu qu’il sera capable de limiter la montée du Parti vert sur l’île de Vancouver et espère que les déboires des libéraux à l’échelle nationale seront favorables au NPD dans les luttes serrées à trois, comme dans Port Moody–Coquitlam.

Lors d’un arrêt de campagne dans cette circonscription dimanche soir, plus de 100 personnes attendaient Jagmeet Singh. La foule enthousiaste buvait ses paroles. À la fin du discours, la foule s’est mise à sauter et à danser avec le chef au son de la chanson de campagne.

Jagmeet Singh danse avec des partisans néo-démocrates

L’effet Jagmeet commence à se faire sentir, affirme Fin Donnelly, ex-député néo-démocrate de la circonscription. Quand on cogne aux portes, quand on fait des appels, on ressent un effet positif depuis les débats des chefs, raconte-t-il.

La course est loin d’être gagnée ici, précise-t-il, mais il compte sur le fait que le vernis s’est terni chez Justin Trudeau pour favoriser le NPD.

Défensif au Québec

Avec la montée du Bloc québécois, l’objectif du NPD est de maintenir ses assises au Québec, confie une responsable de la campagne, en démontrant que les valeurs de Jagmeet représentent les valeurs québécoises.

Le NPD espère que la remontée dans les intentions de vote que le parti pressent au Canada anglais finira par se produire au Québec.

Le parti prépare un grand rassemblement à Montréal, cette semaine, afin de fouetter les troupes et donner une impression d'élan dans la province.

La possibilité d’un gouvernement minoritaire remet les projecteurs sur l’importance du NPD aux Communes, selon la même source.

Jack Layton avait su profiter des gouvernements minoritaires de Paul Martin pour inclure dans le budget fédéral une série de mesures sociales de 4,6 milliards de dollars, notamment pour le logement social, la réduction des droits de scolarité et des mesures environnementales.

Politique fédérale

Politique