•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je n’ai pas besoin de travailler avec le Bloc », dit Andrew Scheer

Gros plan d'Andrew Scheer, qui affiche un air sérieux.

Le chef conservateur Andrew Scheer a fait un point de presse à Winnipeg où une tempête de neige a forcé la Ville à déclarer l'état d'urgence.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Valérie Boisclair

Répétant les appels à élire un gouvernement conservateur majoritaire le 21 octobre, Andrew Scheer a indiqué lundi qu’il ne comptait pas travailler avec le Bloc québécois à Ottawa et qu’il s’adresserait directement au premier ministre François Legault.

Au moment où le scénario d’un gouvernement minoritaire se dessine à l’horizon, Andrew Scheer demande aux Canadiens de lui offrir un gouvernement majoritaire plutôt que de voter pour une coalition unissant les libéraux de Justin Trudeau et les néo-démocrates de Jagmeet Singh.

Si Jagmeet Singh a indiqué la veille qu’il serait prêt à travailler avec « n’importe qui » pour défaire les conservateurs, Justin Trudeau, lui, a tenté lundi de convaincre les électeurs d’appuyer le Parti libéral plutôt que le Nouveau Parti démocratique afin de contrecarrer l’avancée des troupes d’Andrew Scheer.

Le choix que les Canadiens ont à faire est clair comme de l’eau de roche, a répété le chef conservateur lors d’un point de presse à Winnipeg. Et un gouvernement minoritaire conservateur ne figure pas parmi les options, selon lui.

Pas plus que l’idée de coopérer avec le Bloc québécois, a-t-il fait savoir.

Nous ne participerons à aucune négociation avec le Bloc. Je n’ai pas besoin de travailler avec le Bloc québécois pour donner des résultats aux Québécois […] Je peux travailler avec François Legault.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Travailler directement avec le premier ministre du Québec sur les dossiers qui vont nous permettre de rendre la vie plus simple pour les Québécois est une « priorité », a-t-il ajouté.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a été clair sur le fait qu'il n'entendait pas participer à un gouvernement de coalition. Favorisant les négociations à la pièce, le Bloc appuiera les projets de loi qui sont bons pour le Québec et s'opposera à ceux qui sont mauvais pour la province, a résumé M. Blanchet, dimanche.

Notre dossier Élections Canada 2019

Le chef du Bloc québécois aime prétendre être le meilleur ami de M. Legault, mais c’est clair que sa priorité va être de travailler avec le Parti québécois et travailler pour un autre référendum, a déclaré lundi M. Scheer, comme il l'avait déjà évoqué lors des débats des chefs.

S’il n’a pas caché sa volonté de voir le Québec devenir indépendant depuis le début de la campagne, M. Blanchet a plus d’une fois précisé qu’il porterait la voix de l’Assemblée nationale à Ottawa, et pas nécessairement celle du gouvernement caquiste de François Legault.

Pour assurer une plus forte représentation du Québec au sein de la fédération, le premier ministre québécois avait d'ailleurs annoncé en septembre la réouverture d'un bureau du Québec à Ottawa, qui avait fermé ses portes en 2015.

Lors de la présentation de ses demandes aux chefs de partis fédéraux, en début de campagne, François Legault avait indiqué qu'il comptait élargir le mandat dudit bureau, lequel devra notamment assurer la liaison avec le gouvernement fédéral et tenir Québec informé des décisions prises à Ottawa.

Politique fédérale

Politique